Tours

« Je suis une pulsion », le 1er court-métrage de Manuella Ravise

La jeune tourangelle suit des études de cinéma à Paris.

On l’a déjà évoqué en fin d’année dernière sur Info-Tours.fr, en ce moment, c’est le Nikon Film Festival, un concours de courts-métrages sur Internet. Une Tourangelle partie sur Paris pour ses études dans le monde du cinéma y participe et a réalisé pour l’occasion son tout premier film. Manuella Ravise a 25 ans, elle est née à Chambray, a passé le bac à Notre Dame La Riche avant de rejoindre la fac des Tanneurs (pour une licence en lettre moderne) puis Rennes pour une licence arts du spectacle. Rêvant d’être scénariste, tentée par la réalisation, la jeune femme suit actuellement des cours à l’EICAR, une école parisienne. « J’ai choisi d’étudier la gestion de production audiovisuelle ce qui me permettra d’être au centre de projets, de rencontrer des gens issus du cinéma et peut-être un jour de produire » nous explique-t-elle depuis la capitale.

Depuis deux ans, Manuelle Ravise mûrit donc son projet et a décidé de se lancer il y a quelques mois, avec l’appui de son école qui lui a prêté le matériel nécessaire. Son dossier d’une centaine de pages en poche et accompagnée par un professeur, elle met en place tant bien que mal son équipe (doit notamment trouver de nouveaux cadreurs à la dernière minute) et commence à tourner Je suis une pulsion… pile au moment de ses partiels. « Le thème est simple, il parle d'une jeune femme qui tombe entre les griffes d'un pervers narcissique. » Et qui le recroise un jour dans une rue, faisant rejaillir le souvenir d’une soirée qui a mal tourné…

« Cela arrive à beaucoup de jeunes femmes. Je voulais vraiment insister et montrer jusqu'où ça peut aller. Comment une femme qui a subi cela peut rester dans le silence, en souffrir, être marquée à vie. On a toutes et tous eu une relation un peu plus complexe. Nous avons tout misé sur le côté artistique et esthétique. Il y a un gros travail de sons et de montage. » Objectif : faire passer un maximum d’émotions en à peine plus de deux minutes, un défi plutôt réussi, grâce notamment à l’actrice Marie Chimot, élève du Cours Florent, pour qui c’était aussi une première face caméra. Elle est accompagnée à l’écran par Antoine Gourlier et Diane Moyssan.

Après ce 1er projet, que vous pouvez voir et soutenir en votant sur le site du festival, Manuella Ravise travaille à l’écriture d’un court-métrage personnel d’une trentaine de minutes destiné aux festivals, et ce en plus d’un projet pour son école.

Olivier COLLET