Tours

Rugby Touraine Plus reprend les armes

Objectif : former les meilleurs jeunes rugbymans du Val de Loire.

Rugby Touraine Plus n’est pas un club de rugby mais il en a pas mal d’aspects. Il s’agit en fait d’un rassemblement de clubs de la région Centre-Val de Loire dont l’objectif est de permettre aux meilleurs ados d’ici de se confronter aux espoirs des grands du rugby français que sont par exemple les jeunes du Stade Français ou de La Rochelle. Pour cela, le RT+ bénéficie d’une invitation afin de participer aux championnats Gaudermen et Alamercery dans lesquels les équipes du Top 14 et de Pro D2 font jouer leurs jeunes de moins de 15 ans et de moins de 16 ans, les pros de demain. Un sésame qu’un club seul ne pourrait pas décrocher.

« En Centre-Val de Loire, on a forcément des jeunes de haut niveau mais aucune équipe au plus haut. Le risque c’est donc qu’ils partent se licencier dans un autre club pour évoluer » explique Philippe Diemer, le nouveau co-président du RT+ (avec Jean-José Laré). Ce père de joueur pro arrivé en Touraine il y a 4 ans a été élu en remplacement de Benoit Sébillet, parti diriger l’US Tours (actuellement en Fédérale 3, relégué à cause de ses difficultés financières). Ce n’est pas un inconnu dans le monde du rugby local, vu qu’il s’est notamment impliqué dans l’organisation du tournoi Howard Hinton de rugby à 7 organisé en mai à la Vallée du Cher à Tours. Dans les mois qui viennent, il veut élargir le champ du RT+ pour lui faire gravir les échelons. Et éviter la fuite des talents.

Le Rugby Touraine Plus, c’est donc la crème de la crème des rugbymans du Val de Loire, une sélection régionale à partir des effectifs de 21 clubs (US Tours, Joué-lès-Tours, St-Pierre-des-Corps, Luynes, Esvres-Montbazon, Chinon mais aussi Chartres ou, depuis peu, Orléans). Une exposition qui permet à ces talents de se faire repérer et de mieux progresser que dans les matchs locaux. « En 2004, le rassemblement s’est fondé avec l’objectif d’unifier nos forces » poursuit Philippe Diemer. Aujourd’hui il franchit donc les frontières de l’Indre-et-Loire, ce qui est loin d’être anodin : « la Touraine seule ne permettrait pas d’avoir une équipe compétitive. Il y a un gros retard dans la formation des jeunes. On est donc obligé de pousser les murs » (un déficit dont les locaux ont conscience, notamment à l’US Tours qui en fait aussi une priorité depuis la rentrée 2016).

Cette expérience, « un galop d’essai » selon le co-président, se fait avec deux équipes : une de moins de 15 ans et l’autre en moins de 16 ans en attendant d’aligner une troisième formation en championnat Crabos la saison prochaine, avec les moins de 18 ans. « Ce qui est important, c’est que les joueurs du RT+ gardent leur licence dans leur club d’origine » insiste Philippe Diemer. Ils continuent aussi à s’entraîner avec, car il est difficile de faire des sessions en commun (à part à la veille des matchs) ce qui est un handicap.

Au point de vue sportif, les moins de 15 ans sont 5èmes de leur poule (sur 8). S’ils finissent dans les 4 premiers en fin de saison, ils participeront au championnat national. Ce sera plus compliqué pour les moins de 16 ans, actuels 7èmes avec une seule victoire. A noter que le RT+ travaille également avec le pôle formation sport-études du lycée Vaucanson de Tours, le seul du Grand Ouest. Soutenu pour la première fois par la mairie de Tours cette année, il espère aujourd’hui prouver ses qualités et son dynamisme à l’échelle régionale (en allant jouer à Orléans par exemple pour affronter le RC Paris). Autre mesure symbolique : un changement de nom envisagé l’an prochain pour bien montrer que tout le Val de Loire compte. Il faudra aussi séduire de nouveaux sponsors pour aligner la troisième équipe des moins de 18 ans : « actuellement, sur 58 000€ de budget, 50% viennent du privé » conclut Philippe Diemer, motivé par son défi.

Olivier COLLET

Photos : Philippe Diemer avec Baptiste Beaufils, responsable sportif de l’équipe des moins de 15 ans) et les deux équipes ci-dessous.