Tours

Donation Cligman : pas d’extension du Musée des Beaux-Arts de Tours

Les oeuvres pourraient finalement être exposées au Château de Tours.

Il y a 6 mois, le maire de Tours était tout fier d’annoncer que le riche industriel Léon Cligman, qui a des attaches en Touraine (dont une maison à St Avertin), voulait donner plus d’un millier d’oeuvres d’art à la ville de Tours et en plus financer une extension du Musée des Beaux-Arts de la ville estimée à 5 millions d’euros. Sauf que cette extension « souhaitée depuis des années voire des décennies » (d’après le maire) ne verra pas le jour.

La raison est simple : le fait que le musée se situe en plein milieu du secteur sauvegardé de Tours, à proximité des vestiges romains, a tué le projet. Un bâtiment moderne au coeur du centre historique : plusieurs associations et spécialistes se sont élevés contre (dont le média La Tribune de l’Art ou un ancien directeur du musée). Si les experts locaux et le conseil municipal se sont prononcés en faveur de la construction, une commission nationale a émis un avis défavorable le mois dernier : « on ne va pas s’entêter » a annoncé le maire de Tours Serge Babary ce lundi soir, « car cet avis met en difficulté le dossier et ouvre la voix à des recours. » Et comme la mairie et Léon Cligman voulaient avancer vite sur ce dossier ils auraient été très malvenus, d’autant que le chef d’entreprise n’aime pas trop qu’on le contredise.

« Mr Cligman a été très affecté mais a confirmé son souhait que sa donation à l’Etat soit bien déposée au plus vite à Tours » a ajouté Serge Babary. Résultat : le 2 décembre, il a fait visiter plusieurs sites de la ville au retraité pour voir si l’un d’eux pouvait accueillir sa donation (en cours d’examen par les services de l’Etat pour savoir combien sont dignes d’être exposées dans un musée, on ne sait pas trop combien ni lesquelles pour l’instant). On ne saura pas où il a été précisément mais en revanche on sait qu’il a jeté son dévolu sur le Château de Tours « où des aménagements pourront être faits » a souligné Serge Babary. L'opposition, par la voix de Nadia Hamoudi, a évoqué une bonne idée regrettant qu'un projet plus ambitieux n'ait pas pu être mené, par exemple au Château du Plessis de La Riche qui est actuellement mis en vente à La Riche. Le maire a répondu que cette solution avait été proposée sans convaincre Léon Cligman.

« La balle est maintenant dans le camp du ministère de la culture » a conclu le maire de Tours. En revanche il va falloir vite préciser dans quelles modalités seront exposées ces oeuvres au Château. Car le monument accueille déjà de nombreuses expositions d’artistes locaux ou nationaux sur tous ses étages, en particulier grâce au partenariat avec le Jeu de Paume (il y a par exemple eu la très remarquée Capa et la Couleur qui a offert une vitrine nationale à la ville grâce à sa qualité). Le maire a souligné la « qualité » et son attachement à la « pérennité » de ces dernières et que les conventions seront respectées. On attend quand même d'en savoir plus sur l'organisation des salles et des espaces...

O.C.