Tours

Tours Métropole : 453 postes transférés à l'agglo en janvier

Issus des services de l'eau, de la voirie ou des parcs et jardins.

C'est presque définitif mais pas encore complétement fait : en 2017, Tours deviendra une métropole, c'est-à-dire une super communauté d'agglomération (il n'y en aura que 22 comme ça en France). Mais en attendant le décret du 1er ministre qui officialisera ce passage "en première division" comme disent les élus, Tour(s)Plus va se transformer en communauté urbaine au 1er janvier. Autrement dit, désormais, ce n'est plus les mairies qui s'occuperont directement de la voirie ou de l'eau mais l'agglo. Du coup, de nombreux agents vont changer d'employeur sans changer de travail.

A Tours, 453 postes sont concernés en équivalent temps plein (donc un peu plus d'agents, vu que certains sont à temps partiel). Les services en question : urbanisme, gestion des risques, voirie, éclairage public, eau ou encore parcs et jardins. "Cela représente 13,5 millions d'euros de charges salariales transférées à l'agglo" souligne Jacques Chevtchenko, le 1er adjoint de Tours en charge des ressources humaines. Cela dit, l'élu précise bien que la situation de ces personnels ne change pas, ils continueront à travailler sur le territoire de la ville de Tours, le déroulement de leur carrière sera aussi identique. A terme, il y aura néanmoins une harmonisation des salaires avec les agents des 22 communes de l'agglo qui ne sont pas payés pareil aujourd'hui, "et elle se fera par le haut" nous assure-t-on. De plus, ce changement de méthode va permettre à la ville de faire quelques économies estimées à 500 000€ par an (elle ne paiera plus les salaires mais continuera à payer les services).

A noter que les agents qui travaillent au Jardin Botanique ou aux Prébendes restent dans le giron de la ville, ces deux sites restant propriété de la mairie. Le parc automobile demeure lui aussi à la charge de la ville qui facturera l'utilisation des véhicules à la future communauté urbaine puis à la métropole. Concernant l'eau, la distribution reste opérée par la régie publique en attendant une harmonisation à l'échelle de toute l'agglo dans les prochaines années (certaines villes sont dans le public, d'autres font confiance au privé) sachant le président de Tour(s)Plus Philippe Briand est plutôt favorable au modèle de la régie publique.