Tours

Il est où le Nascar, il est où ?

Pas à Tours. En tout cas pas en 2017.

En 2017, il faudra se contenter des gros camions et des Harley de l'American Tours Festival si l'on veut voir des gros moteurs au parc expo de Tours. L'été prochain, il n'y aura pas de course Nascar sur les virages penchés de Rochepinard. Pourtant ils sont tout neufs, ils ont coûté 300 000€ et 450 000€ (et ont bien fait polémique). Mais non, les organisateurs du championnat ont zappé l'Indre-et-Loire pour leur programme européen 2017. A Tours, il ne semble pas y avoir énormément de monde pour regretter cela, hormis bien sûr Tours Evénements dont le patron est un grand fan de belles mécaniques, mais aussi la majorité en place à la ville et à l'agglo qui espéraient en faire un atout de rayonnement. De leur côté, les écologistes sont ravis !

On l'avait souligné, force est de constater que le Nascar ça n'a pas très bien marché ces deux dernières années... Pas grand monde dans les tribunes, des prix prohibitifs et une bonne part du public déçu. Pour un spectacle pas très accessible aux non initiés (le Grand Prix de Tours marchait mieux, avec sa référence à l'Histoire, mais lui aussi il est parti). Et si l'American Tours Festival attire bien un monde fou arrivé de l'extérieur, c'est plus parce que c'est tout un package (avec shows costumés, concerts, grand marché...).

Le Nascar seul n'est clairement pas suffisamment fédérateur et le fait de l'avoir dissocié du festival a sans doute été une grosse erreur. Elle pourrait être réparée, peut-être même dès 2018, mais il faudra une bonne stratégie pour en faire un événement populaire au-delà d'un cercle de passionnés. Car on imagine quand même mal un renoncement pur et simple de Tours à vouloir attirer cette compétition et ce d'autant plus qu'un contrat avec les organisateurs court jusqu'en 2019. A moins d'avoir vraiment une très bonne idée pour rentabiliser les coûteux virages (les stages de conduite pourraient s'avérer insuffisants...). Après tout, en même temps que le retrait du Nascar de la France pour 2017; on a bien appris le retour d'un grand prix de F1 dans l'hexagone dix ans après le dernier. Les courses de voitures qui tournent en rond ont encore de beaux jours devant elles. C'est les sponsors qui vont être contents.