Tours

Des silhouettes orange contre les violences faites aux femmes

Elles sont disposées sur le parcours du tramway de Tours.

Ce jeudi, le Planning Familial de Tours organise une action de sensibilisation pour lutter contre les violences conjugales et le viol de 12h à 18h sur le Boulevard Béranger. Ce vendredi, une manifestation est prévue à 18h pour dénoncer ce fléau qui a entraîné la mort de 122 femmes en 2015, victimes des coups de leur conjoint. Il y aura aussi une conférence sur le traitement des violences dans les médias, et ce à l’occasion de la Journée Internationale de Lutte contre les Violences Faites aux Femmes qui a lieu chaque 25 novembre.

Par ailleurs, depuis le début de la semaine, vous avez peut-être remarqué des silhouettes orange sur le parcours du tram de Tours. Il y en a 13 à Vaucanson, au Beffroi, Place Anatole France, au Palais des Sports, Place de la Liberté, à Suzanne Valadon, ou aux Deux-Lions. Il s’agit d’une initiative du Centre Communal d’Action Sociale qui vient de s’emparer du sujet : « cette campagne on en a eu l’idée après avoir été interpellé par l’association Comme à la Maison » explique Marion Nicolay-Cabanne, vice-présidente du CCAS. « On s’est dit qu’il était intéressant d’engager des actions pour le grand public. Le orange est la couleur officielle choisie par l’ONU puis nous nous sommes inspirés d’une action mise en place à Joué-lès-Tours il y a quelques années. Ils nous ont prêté le gabarit des silhouettes et les services techniques de la ville et du CCAS se sont occupés de leur réalisation. »

Celle qui est élue LR à Tours poursuit : « cette campagne c’est une façon de dire aux victimes qu’elles ne sont pas seules. Des dizaines de milliers de femmes sont concernées chaque année. Et puis c’est l’occasion de mettre en avant le 39 19, numéro dédié à l’aide aux victimes. Il est gratuit et n’apparait pas sur les factures de téléphone. On peut donc s’en servir en cas d’urgence. C’est une campagne qui interpelle et il le faut : les gens doivent prendre conscience que cette violence, cachée, existe. Il y a une espèce d’omerta pour les victimes qui ont tendance à culpabiliser. Il faudrait encore plus de campagnes nationales, notamment pour faire connaître le 39 19. »

A noter que le CCAS de Tours est en train de former l’une de ses salariées pour accompagner les femmes, faire un point sur leur situation, ou les orienter vers d’autres acteurs en fonction des besoins (pour une aide au logement, le dépôt d’une plainte, la santé…). « La problématique peut survenir au cours d’un entretien sur un autre sujet, voilà pourquoi il est important d’avoir une personne formée pour éviter par exemple les paroles malheureuses et analyser la situation de la manière la plus fine possible. » Quant à la campagne avec les silhouettes, elle pourrait être reconduite l’an prochain.

 

Le programme complet des manifestations est ici.