Tours

Un livre décrit le sacrifice des paysans

Et il est cosigné par un tourangeau.

Dans le milieu politique tourangeau, on connait Pierre Bitoun comme membre du mouvement C'est au Tour(s) du Peuple, à la gauche de la gauche. C'est aussi un grand connaisseur du monde agricole qui a par exemple signé le livre Campagnes d'enfance en 2005. Aujourd'hui, il s'est associé avec Yves Dupont pour publier (chez l'Echappée) Le sacrifice des paysans, une catastrophe sociale et anthropologique.

"C'est le prolongement et la synthèse de 40 ans de travaux sur la question paysanne et agricole" précise Pierre Bitoun qui s'est basé sur des données sociales, politiques ou anthropologiques. Le livre s'appuie sur de nombreux retours historiques jusqu'au dernier salon de l'agriculture parisien, et analyse toutes les évolutions du monde agricole en détails depuis la seconde guerre mondiale via la période des Trente Glorieuses (années fastes pour l'industrie) puis celle des Quarante Honteuses (remplies de crises).

La question centrale : "pourquoi les sociétés modernes font-elles disparaître les paysans ?" Par paysans, les auteurs entendent des travailleurs de la terre qui restent à l'écart des logiques de production de masse ou d'utilisation d'engrais à outrance. "On avance vers un modèle industriel de l'agriculture en utilisant de nombreuses machines, des robots...  L'objectif est de produire de gros volumes pour livrer toute la production aux supermarchés. C'est la logique du toujours plus. Alors qu'un paysan est celui qui va essayer de récupérer son autonomie en étant plus économe et moins dépendant de la grande distribution."

Proches des valeurs de la Confédération Paysanne, un syndicat qui s'oppose au géant FDSEA dirigé par un gros industriel, les auteurs défendent un modèle d'agriculture centré sur les circuits courts, le travail de la terre de manière raisonnée, la maîtrise des semences... Ils veulent aussi démontrer que même si l'agriculture de masse est majoritaire aujourd'hui, cela ne la protège pas pour autant des difficultés, les conflits récents autour des prix du lait et de la viande en étant selon eux deux bons exemples : "l'agriculture fonctionne mal, les exploitants ont de grandes difficultés financières et font des produits de mauvaise qualité. Le système leur échappe. Les agriculteurs sont transformés en businessmans mais ils ont tout à y perdre, sauf une petite minorité" souligne Pierre Bitoun qui dénonce aussi des "choix politiques" ne permettant pas, par exemple, de dirigier plus d'aides européennes vers les petits producteurs : "80% des aides vont à 20% des agriculteurs."

Avec ce livre, Pierre Bitoun et Yves Dupont s'inscrivent dans un mouvement qui consiste à faire de plus en plus attention à ce que l'on mange et à la façon dont c'est produit : "on a une montée de la demande de produits de qualité. Il faut arrêter la logique qui consiste d'acheter au plus bas les produits agricoles. Il faut compter les dépenses indirectes malgré ces prix d'appel." Mais le chercheur tourangeau concède que tout cela ne va "pas se faire d'un coup" et que malgré cette prise de conscience "la disparition des paysans s'accélère."

O.C.