Tours

Cassandre Joris : « être Miss, c’était le rêve de mon grand-père »

La nouvelle Miss Centre-Val de Loire se confie à un mois de l’élection de Miss France.

Élue 1ère dauphine de Miss Centre-Val de Loire en septembre à Déols, Cassandre Joris ira finalement représenter notre région au concours de Miss France le 17 décembre à Montpellier, aux côtés de 29 autres candidates (et ce suite à la destitution de Margaux Legrand-Guérineau). A 20 ans, cette discrète jeune femme originaire d’Eure-et-Loir (ses parents habitent à Prasville, un village de 500 habitants) est arrivée à Tours il y a un peu plus d’un an pour ses études : elle fait un BTS esthétique, Rue Laponneraye. « J’ai voulu très vite me lancer dans cette voie mais au départ mes profs ne voulaient pas, ils pensaient que j’avais le niveau pour rester en filière générale. Ca ne m’a pas plu donc après la seconde je suis partie faire un bac pro esthétique. »

Son objectif : devenir prof et même monter sa propre école d’esthétique pour les enfants défavorisés. « Ca me tient à cœur. Je n’ai pas de frères et sœurs mais avec mes parents nous sommes famille d’accueil, j’ai grandi avec des enfants dans le besoin, ça m’a appris certaines valeurs. Comme les études d’esthétique coûtent cher j’aimerais donc qu’elles puissent être accessibles à tous. » C’est donc la cause qu’elle défendra tout au long de son année avec l’écharpe régionale autour du cou.

Si elle n’exclue pas accepter une éventuelle proposition pour faire de la télévision dans le futur et affirme sa volonté de continuer à faire des défilés pendant longtemps, Cassandre Joris est sûre d’elle : « je veux continuer mes études et avoir mon diplôme. A cause de l’élection je vais rater un stage en entreprise mais je vais le rattraper pendant les vacances de Noël et en janvier. » Et elle a trouvé une place chez Dior, dans le 28.

« Pendant cette année de Miss, j’ai envie de partir à la rencontre de plein de gens différents, j’espère que ça va me faire grandir et mûrir » poursuit Cassandre Joris, « généreuse, souriante, naturelle, têtue » mais aussi «un peu maladroite. » Son film préféré ? « Taken, je l’ai encore regardé lundi soir. » Dans ses écouteurs ? « Jean-Jacques Goldman ou Céline Dion, j’écoute beaucoup de variété française. » Une passion ? « L’équitation, et la photo aussi même si ça a surpris tout le monde car je suis timide. »

Si elle a voulu se lancer dans cette aventure, c’est pour vivre un rêve de petite fille : « je regarde l’élection tous les ans, sans en louper une minute et avec des étoiles dans les yeux. Et puis mon grand-père avait toujours rêvé que ma mère soit Miss. Elle aurait pu se présenter mais n’a jamais voulu. J’ai hérité de ce rêve, c’est une façon de lui rendre hommage. » A 18 ans, la jolie blonde a donc tenté le concours de Miss Orléanais 2014… et a été première dauphine. L’histoire s’est répétée cette année avant que les événements ne lui permettent finalement de porter la couronne régionale : « j’y crois encore difficilement » affirme-t-elle, une semaine avant de faire ses valises pour Paris puis pour La Réunion où elle enchaînera séances photos, tests de culture générale, soirées et autres répétitions avec les représentantes des autres régions : « j’en ai déjà rencontré certaines à Paris pour tourner les portraits vidéo qui seront diffusés le soir de l’élection et puis nous parlons tous les jours sur Facebook, on a une conservation à 30 ! »

En ce moment, ce qui préoccupe (et excite) Cassandre, c’est donc les préparatifs du voyage dans l’Océan Indien : « c’est la première fois que je pars aussi loin… » et elle n’a le droit qu’à 21kg de bagages ! D’où les échanges sur le net avec les autres filles pour savoir quoi emmener. Elle doit aussi fignoler sa valise pour les répétitions à Montpellier : « on y va directement après La Réunion donc je ne vais pas voir mes proches pendant un mois. En revanche mes parents et mon petit ami seront là le 17 décembre avec Jean-Jacques Sabourin (président du comité Miss Centre-Val de Loire, ndlr) et d’anciennes Miss. » Objectif : « aller le plus loin possible. » L’an dernier, le prix du costume régional avait été remis à Margaux Bourdin. « J’ai déjà essayé celui de cette année, et il est très joli, avec plusieurs références. »

« Je prends les choses comme elles viennent, j’ai hâte, je suis curieuse… » nous confie encore Cassandre Joris devant son chocolat chaud. Avant de la quitter, et au moment de prendre la photo, dans la rue Colbert, on ne peut pas la louper avec son écharpe : « à l’école, j’ai fait plein de selfies ! » s’amuse-t-elle. Mais pour l’instant, elle peut encore se balader incognito. En revanche sur le net, elle a sa page fan : « je reçois beaucoup de messages. Je les lis tous même si on nous le déconseille. » Car il y a les positifs… et les négatifs. A noter qu’une ancienne Miss aide la jeune femme à gérer sa communauté et postera des photos d’elle pendant tout son séjour réunionnais. Son aventure ne fait que commencer.

Olivier COLLET