Tours

L'Europe aide des entreprises tourangelles, et elle veut que ça se sache

Opération communication et séduction pour Pierre Moscovici à Tours.

"Je suis conscient de l'eurosceptiscisme" nous dit Pierre Moscovici à peine installé autour de la table de réunion de la préfecture d'Indre-et-Loire à Tours. L'ancien ministre de François Hollande aujourd'hui commissaire européen est dans le vrai. L'Europe, souvent on s'en méfie, on la raille, on la conspue... Allez, au mieux, on a du mal à la comprendre. Alors le socialiste est venu faire en sorte d'expliquer comment elle fonctionne sur le terrain, en rencontrant des patrons et en montrant que Bruxelles distribue de l'argent pour que des projets voient le jour jusqu'ici, sur les bords de Loire.

Opération de com' assumée donc, lui dira plutôt que c'est de la pédagogie. Après être passé par St Avertin (CBE) et Chambray-lès-Tours (Powidian), avant d'aller dédicacer son dernier livre S'il est minuit en Europe à la Boîte à Livres et de se rendre à la fac de droit de Tours, Pierre Moscovici s'est donc livré à une explication bureaucratique. Voici ce que l'on peut en retenir :

"L'Europe est aux côtés des citoyens, des entreprises et de l'économie. En Indre-et-Loire, elle a notamment accompagné la construction de la première ligne de tramway de Tours, le chantier du futur Centre de Création Contemporaine (CCCOD) ou la construction de logements à Montlouis-sur-Loire et Langeais. L'idée c'est de soutenir des projets innovants, des entreprises amenées à exporter leurs produits. Aujourd'hui nous manquons d'investissements en Europe et c'est ce qui pénalise la croissance. Nous avons donc lancé un fonds d'investissements de 315 milliards d'euros dont 138 ont déjà été distribués en un an et demi. En Touraine les entreprises que j'ai visitées ont reçu entre 170 000 et 270 000€. La France est championne de l'utilisation de ce fonds avec 12 milliards d'euros versés à 38 000 PME à la fin octobre."

Face aux critiques récurrentes des chefs d'entreprises (dossiers complexes, fonds long à obtenir...), Pierre Moscovici ajoute : "les dossiers sont gérés par des banques publiques et ça va très vite, maintenant. La proécédure est rapide, légère mais exigeante. Ce ne sont pas des subventions pour le fonctionnement des sociétés mais pour le développement de projets innovants."

Afin de mieux informer les acteurs économiques, une réunion avec la Banque Publique d'Investissement, les services de Bruxelles, la Chambre de Commerce et d'Industrie et d'autres entités devrait prochainement être organisée afin de faire passer les infos pour que les entreprises osent lancer des idées. Pierre Moscovici a aussi invité la région Centre-Val de Loire à avoir directement son bureau à Bruxelles pour que les choses aillent plus vite, "l'argent ne tombera pas tout seul" conclut-il.

Olivier COLLET