Tours

Pellicule et Super 8 honorés comme il se doit à Tours

Le Good Old Film Festival vient de s'achever.

4 photographes et autant de cinéastes ont presque pris la machine à remonter le temps ces derniers jours à Tours. Tous participaient au Good Old Film Festival, 1er du nom, le GOFF pour les intimes. L'idée de cet événement qui a débuté le 22 octobre : montrer que même en 2016 on peut encore faire de très belles choses avec les anciennes caméras Super 8 et les appareils photo argentiques. Mission a donc été donnée aux participants de réaliser une série de photos et un court métrage en une semaine, chacun ayant un quartier de Tours défini, l'objectif étant aussi de mettre en valeur la ville avec ses différents aspects (Nord, Sud, Est et Ouest).

Au final, les clichés - tous de grande qualité - ont été exposés ce samedi à Mame et une centaine de personnes ont pris part au vote pour désigner leurs préférés - ceux de Martin Dronne. Notons qu'une des quatre photographes n'avait jamais utilisé d'argentique auparavant. Ensuite, direction la projection des films aux cinémas Studio le soir dès 19h...

En dehors du tournage et des prises de vue, cette semaine n'a pas été de tout repos puisque les participants devaient monter leurs films ou faire développer leurs photos. Un aller-retour sur Paris a également été nécessaire pour numériser les courts-métrages avant diffusion. A la fin de cette course contre la montre, Sébastien Cassen, réécompensé par le 1er prix, a beaucoup plu en proposant un film muet, mixant musique et humour "pour rendre la vie plus gaie", un genre de Charlie Chapplin en accéléré.

Delphine NIVELET

En fin de diaporama : les photos du 1er week-end du festival au cours duquel était proposée toute une série de conférences et d'ateliers (utilisation de la chambre photographique, le cinéma sur pellicule et l'art de la photo argentique).