Tours

La grosse réforme de l'impôt sur le revenu expliquée à Tours

Par le secrétaire d'Etat chargé du budget en personne.

Prenez une grande inspiration, on va vous expliquer ce qu'il va se passer dans le monde des impôts dans les prochains. Ni plus ni moins qu'une petite révolution pour tous les contribuables. A partir de janvier 2018, l'impôt sur le revenu sera directement prélévé "à la source" c'est-à-dire sur votre fiche de paie chaque mois, 12 mois sur 12. Fini donc les prélèvements des impôts sur 10 mois ou la facture à payer d'un seul coup. Un grand changement que le secrétaire d'Etat au budget Christian Eckert est venu présenter aux Tourangeaux ce mercredi lors d'un déplacement au centre des finances publiques du Champ Girault et à la préfecture d'Indre-et-Loire. Il a rencontré les salariés des impôts, les syndicats, des DRH ou des contribuables pour répondre à leurs questions et faire une explication de texte.

En clair, voici le calendrier de l'exécutif... Cet automne, lors du débat parlementaire sur le budget, députés et sénateurs vont débattre du prélèvement de l'impôt à la source. Si le texte est adopté, il sera promulgué avant le 31 décembre pour une entrée en vigueur progressive d'ici début 2018.

Résultat : au printemps provhain, vous remplirez comme d'habitude votre déclaration de revenus à partir de ce que vous avez touché en 2016. Dans l'été, vous recevrez votre avis d'imposition. A partir de là, deux cas de figure : soit vous ne payez pas d'impôt "comme plus de 50% des Français" et votre taux de prélèvement à la source sera de 0% en 2017 (votre salaire ne sera pas impacté). Soit vous en payez et à ce moment-là votre avis comportera également un chiffre : un taux, qui correspondra à ce qui sera prélevé de votre revenu chaque mois dès janvier 2018. De quoi remplacer un prélèvement mensuel.

Il est important de noter que même quand cette imposition à la source sera mise en place il y aura encore une déclaration de revenus à remplir chaque année, et ce sera toujours obligatoire afin de mettre à jour le taux de prélèvement (par conséquent, il pourra aussi y avoir des rattrapages). Il sera en plus possible, par Internet, de signaler tout changement sur votre situation (mariage, divorce, augmentation, perte d'emploi...) : "ce sera le grand avantage de cette réforme, vous ne paierez plus d'impôts sur vos revenus de l'année passée mais sur vos revenus actuels. Cela bénéficiera par exemple aux retraités ou aux personnes qui quittent une activité salariée pour créer leur entreprise" nous expliquaient les services de Bercy lors de leur visite.

Ce tour de France pédagogique autour des impôts, qui commence à Tours, va se poursuivre dans les prochaines semaines : "on va mettre les moyens sur la communication, on est en train de mettre de l'argent de côté pour cela" a précise Christian Eckert qui veut aussi rencontrer les équipes pour voir quels sont les éventuels points à corriger dans la réforme, à cause des multiples cas particuliers. Le secrétaire d'Etat affirme par exemple "que l'impôt à la source ce sera un gain de trésorerie pour les entreprises qui prélèveront les sommes sur les salaires de leurs employés mais ne seront prélevées par l'Etat qu'une fois tous les trois mois." Il a aussi assuré que la vie privée des salariés serait garantie car l'employeur n'aura pas toutes les informations, seul le taux d'imposition lui sera communiqué.

Un changement de philosophie, un peu une usine à gaz quand même, mais semble-t-il une réforme plébiscitée par la population. Il est aussi bon de noter que dans le cadre de son application, les revenus de l'année 2017 ne seront pas imposés. Mais il n'y aura pas vraiment "d'année blanche". En 2016, vous avez payé les impôts de 2015, en 2017, vous paierez ceux de 2016 et enfin en 2018, ceux de 2018. Et ainsi de suite...