Tours

Grosses opérations de contrôles en gare de Tours

Fil Bleu + SNCF + police municipale et nationale.

17h sonne aux pendules de la gare de Tours et sur les écrans de contrôle des quais du tramway... Une rame arrive et tout le monde se met en place : ce sont pas moins de 30 contrôleurs qui quadrillent l'ensemble des portes pour vérifier les titres de transport des passagers qui montent, qui descendent et qui restent à l'intérieur : "il doit y en avoir environ 150, ils ont 1 minute 30 pour tous les contrôler" explique Vincent Buon, responsable de la lutte contre la fraude chez Fil Bleu.

C'est l'heure de pointe du soir, le moment où les étudiants, lycéens et travailleurs se croisent : "on estime à 9,4% le taux de fraude dans le tram, 4% dans le bus. Nous réactuaiserons ce chiffre en fin d'année lors d'une nouvelle étude" précise encore l'agent de Keolis qui pilote régulièrement de grosses opérations de contrôles comme ça (plusieurs par mois), allant jusqu'à mobiliser des agents administratifs pour encadrer le dispositif. "Tous les jours il y a une trentaine de contrôleurs sur le terrain" ajoute-t-il encore, mais là ils se coordonnent pour que personne ne passe entre les mailles du filet.

Une opération de communication claire de l'exploitant du réseau qui vient tout juste d'augmenter le tarif de ses amendes : "désormais c'est 62€ si vous voyagez sans titre de transport, contre 51€ auparavant" (et 45€ en cas de paiement immédiat). En cas de non validation d'un titre de transport, le PV est de 40€, 30 à 130€ en cas d'incivilité (30€ pour des pieds sur un siège, 68€ pour un voyageur qui fume, 130€ s'il s'accroche aux parois du tram - ce qui est déjà arrivé). "En moyenne nous dressons 15 000 procès verbaux par an, 50% sont payés" souligne Vincent Buon qui rappelle aussi que, désormais, à partir 5 amendes non réglées cela devient un délit et que la justice s'empare de l'affaire (avant elle ne s'y intéressait qu'au bout de 10 amendes non acquittées).

En parallèle de cette opération coup de poing de Fil Bleu, la SNCF (dont Keolis est une filiale) a organisé un filtrage des passagers de TGV en gare de Tours, là aussi pour que les voyageurs sans billet ne montent pas dans le train. Un tel duo anti-fraude est une première. La police nationale et les agents de la police municipale étaient aussi sur les rangs pour calmer les esprits, ce qui a été nécessaire à peine deux minutes après le début de l'opération avec un jeune homme devenu agressif près du tram.

O.C.