Tours

350m² d'inspiration japonaise au Jardin Botanique de Tours

Et les Japonais adorent !

Cette semaine, Tours vit un peu à l'heure japonaise. Le drapeau du pays du Soleil levant flotte même devant l'Hôtel de Ville. Pourquoi ? Parce que ce mercredi et ce jeudi il y a les 5èmes Rencontres de Coopération Franco-Japonaises au Vinci. Les quoi ? En gros c'est une réunion avec une vingtaine de maires de villes japonaises jumelées à des villes françaises qui se mettront autour de la table avec leurs homologues de l'hexagone pour parler culture, tourisme ou urbanisme, "par exemple, les Japonais sont très intrigués par la façon que l'on peut avoir de faire un tram tout en préservant le patrimoine. Pendant longtemps, ils ont eu l'habitude de détruire pour reconstruire. Mais aujourd'hui, ils reconstruisent à la façon des techniques anciennes car les habitants réclament du vieux" explique par exemple Jérôme Tebaldi, l'élu tourangeau en charge des relations internationales à la mairie.

En France, il y a 80 villes qui ont une jumelle au Japon. Tours en fait partie, ayant une amitié avec Takamatsu, une cité du sud du pays, bien à l'ouest de Tokyo, située en gros entre Osaka et Hiroshima. Son maire commence à avoir l'habitude de venir en Touraine, à tel point qu'il sait désormais se présenter en français (son homologue Serge Babary n'a pas poussé le vice jusqu'à dire publiquement bonjour en japonais). L'élu nippon est arrivé ce lundi pour un programme de visites et de shopping de 48h avant la partie studieuse du voyage (ils ont par exemple visité l''école des Beaux-Arts pour parler restauration d'oeuvres ou l'entreprise Faiveley, spécialisée dans les transports en commun).

Et puis, après leur déjeuner de ce mardi au Prieuré St Cosme de La Riche et avant leur visite en petit train touristique dans le Vieux-Tours, les Japonais ont fait une halte au Jardin Botanique. Là, depuis décembre 2015, une équipe de jardiniers tourangeaux travaille à l'élaboration d'un jardin d'inspiration japonaise : "à la différence de nos jardins à la française, ils ne sont pas symétriques mais asymétriques. Il y a la verticalité pour représenter le ciel, l'horizontalité pour représenter la terre et la transversalité pour représenter l'homme" résume Myriam Le Souëf, adjointe en charge des espaces verts.

Sur 350m², ce jardin avec des érables japonais, du houx, des cerisiers fleuris ou des rhododendrons remplace un ancien arbre touché par la maladie. Apaisant, avec des allées en bois, il est notamment agrémenté de petites plaques d'ardoises au milieu des pelouses, la patte tourangelle, "et en plus c'est du recyclage, elles étaient à l'origine sur une toiture que l'on a rénovée" explique Myriam Le Souëf.

Tours a donc son petit morceau de Japon, en attendant la signature cette semaine d'une convention tripartite entre les jardins de Tours, du Château de Villandry et du jardin Tanamo de Takamatsu, "une opération à visée touristique" souligne Jérôme Tebaldi convaincu que de plus en plus, quand ils viennent en France, la prmeière ville qui intéresse les Japonais après Paris c'est Tours. Mais c'est un public difficile à convaincre, notamment à cause des questions de sécurité. A cause des attentats de ces derniers mois, plusieurs délégations attendues à Tours ont choisi d'annuler leur venue cette semaine.

Olivier COLLET