Tours

La Chaudière Festival repart au charbon sur l’Île Aucard

Deux jours de concerts, de théâtre, de cirque et d’arts les 7 et 8 octobre.

On souffle sur les braises et on rallume la cheminée. La Chaudière n’a pas laissé ses cendres se disperser après le semi-échec de son premier festival prévu en début d’année dans un entrepôt désaffecté de St-Pierre-des-Corps.

On se souvient du projet : organiser deux jours de fête sans subventions publiques dans un lieu totalement redécoré et repensé avec une programmation musicale et artistique audacieuse. La commission de sécurité en a décidé autrement et a fait annuler l’événement à quelques heures de son coup d’envoi, obligeant les organisateurs qui s’étaient autofinancés à trouver une solution de repli, notamment en organisant, dès le samedi soir, un revival du festival sur le parking du parc des expositions de Tours. Ce soir-là il faisait froid, il faisait noir et l’ambiance était étrange, entre satisfaction et amertume. On les avait laissés là, se disant qu’on finirait bien par avoir de leurs nouvelles vu l’élan de solidarité qui s’était manifesté autour de leur projet (notamment sur les réseaux sociaux et dans le monde culturel). Ce jour est arrivé.

Un mercredi soir, en terrasse et au Soleil, Cédric, membre actif de l’association La Chaudière (aux 200 bénévoles), revient sur cette période douloureuse sans vouloir trop s’étendre : « on s’est regroupé, on a compté les pots cassés. Le moral collectif était à zéro mais on a rapidement eu envie de trouver des solutions. » Un défi avec un déficit de 180 000€ même si les efforts des groupes et des fournisseurs, les spectateurs ne demandant pas de remboursement ou les soutiens d’autres acteurs de la culture comme Terres du Son ont permis de faire face.

Voici donc La Chaudière, Acte 1, Scène 2 : « on voulait faire quelque chose dans le même esprit mais sous une forme plus petite, dans un lieu central » poursuit Cédric. Ce sera donc l’Île Aucard de Tours, le 7 octobre de 18h à 2h et le samedi 8 dès 17h, avec une jauge de 2 500 personnes par soir. Désormais plus prévoyante, l’équipe d’organisation a pensé à mettre les scènes sous des chapiteaux en cas de pluie. On utilise le pluriel car il y aura deux scènes et une vingtaine de formations sur la programmation (sans compter les surprises).

Concerts, spectacles, théâtre, cirque, expos grand format (« de renommée nationale ou internationale »)… « il y aura différents styles et toujours deux propositions en même temps. Ce qu’on veut c’est mélanger les cultures et les gens » ajoute le jeune homme, rejoint par Lucie, la programmatrice : « il faudra arriver tôt. On a voulu une programmation progressive et poétique. Ce que je fais, c’est que je ne programme pas que des concerts, la musique n’est pas au centre de la programmation et je le revendique. Je fais en sorte d’articuler le théâtre, la danse, la musique… J’aime aussi déstabiliser les gens. Ca m’amuse les surprises. Et surtout j’ai envie de faire découvrir autre chose au public. »

Si on rentre dans le concret, le temps de ce week-end, la Loire résonnera au son de Thylacine « toujours en live, qui prend des sons partout, jusqu’en Afrique. Il nous fera l’honneur d’un show très visuel. » Pour Demi Portion, venu de l’Hérault, ce sera « du rap avec l’accent du sud ». Tous deux sont programmés le vendredi avec DJ Coco et Koko, « pour rester dans le thème des tropiques » (il y aura même des sandwichs antillais) et la Cie 100 Issues ne sera jamais loin avec sa « brise musicale circassienne. »

Pour samedi, on étoffe, avec les détails enjoués de Lucie : Tha Trickaz pour le côté DJ « ils sont masqués et tournent ensemble depuis une dizaine d’année. »  Taiwann Mc « a un flow plus rapide qu’un TGV, Mr Ours revient avec un set plus travaillé, Ultra Panda sera très surprenant, spécial Chaudière. On fera un voyage électro à 360° sur un transat avec Kafarnarium, Les 20 musiciens de Saravah vont déambuler et foutre le bordel, le trio La Burrasca revient. C’est un trio de femmes belles et rigolotes avec leur trapèze volant. Elles prennent des risques contrôlés c’est extraordinaire. » + Art-X, le théâtre de rue de Marzouk, la venue sur les deux jours du célèbre Jean-Louis 2000 et de Radio Meuh… La soirée est à 14€ et le pass 2 jours à 22€. Alors, vous êtes chauds ?

Olivier COLLET