Tours

Alix et Wilfried, voisins et nouveaux entrepreneurs

Portraits croisés Rue Rouget de l’Isle, près des Halles.

Alix Beauchamps vient tout juste de débuter son activité de community manager. Wilfried Molon fait lui ses premiers pas en tant que restaurateur. Elle a 21 ans, il en revendique 49. Tous les deux sont installés Rue Rouget de l’Isle. La jeune entrepreneuse y a son appartement, le nouveau cuistot, son restaurant. Ils s’étaient déjà croisés avant qu’on les réunisse pour l’interview, à cause d’une histoire de coupure d’eau. Aujourd’hui, c’est leur parcours professionnel qui nous intéresse…

D’ici quelques jours, Alix aura officiellement son diplôme de l’Escem. Cette native du Pays Basque (Biarritz), s’est spécialisée dans la communication et le e-marketing : « je suis une passionnée de la com’ et de la belle idée. Beaucoup de gens en ont mais c’est souvent difficile de les exploiter et de les rendre visibles. » D’où le passage par Internet, et plus particulièrement les réseaux sociaux : « un bel outil qui, quand il est bien exploité, peut-être efficace pour pas très cher. » Son métier, encore récent, attire néanmoins de plus en plus de monde, y compris à Tours où ils sont une petite dizaine. « Community manager, c’est un métier large. Il faut bien apprendre à le présenter au client de manière compréhensible » précise Rémi Raison, de la BGE Touraine qui accompagne la jeune femme dans ses débuts* (définition d’un coût horaire, démarchage de clients, gestion des charges…) grâce à une aide de Tour(s)Plus pour les nouveaux entrepreneurs.

Dans le grand bain depuis le mois de juillet, Alix commence à aller au devant de ses premiers clients (un festival, une boutique tourangelle…), des personnes qui n’ont pas forcément de temps à consacrer au web (réseaux sociaux, blog, référencement du site Internet sur les moteurs de recherche…) : « il y a encore beaucoup d’entreprises qui pensent que le web n’est pas indispensable. Ca nécessite de mettre du contenu tout le temps, il faut toujours quelque chose de neuf. » Son premier bilan : « c’est plein d’échanges avec plein de personnes différentes… Il y a de belles choses à récupérer partout. » La jeune femme se fixe des objectifs mensuels « simples et réalisables » pour ses débuts en attendant de faire un premier point d’étape plus sérieux après six mois d’activité. Très souriante, elle ne semble pas s’en faire. En même temps, elle a baptisé son entreprise avec le nom d’une position assise spirituelle : « l’échange et le calme sont les fondements d’un bon business. »

Originaire de Lille, ingénieur du son pendant 25 ans, Wilfried a débarqué en Touraine pour la première fois à 11 ans avant de passer par Paris puis de s’y réinstaller dès 1998. Il a bien tenté une reconversion dans le développement touristique local mais sa situation personnelle n’a pas facilité les choses… Aujourd’hui, il a vendu sa maison et racheté un appart’ afin d’avoir les fonds nécessaires pour ouvrir son restaurant, la Clef du Ponton : « j’adore faire la cuisine depuis que j’ai 20 ans. Récemment j’ai passé mon CAP via le GRETA au lycée Bayet. Ce que j’ai envie de faire, c’est un bar de potes, en mode cantine. L’idée c’est d’en vivre décemment mais surtout de me faire plaisir. »

Pour Wilfried, la journée commence donc tôt le matin avec le petit café (qu’Alix a promis de venir boire régulièrement), avant une fermeture en milieu de matinée, « le temps de faire ma cuisine. » Il rouvre ensuite pour le déjeuner « avec une cuisine familiale », quiche rôti de porc, gratin dauphinois et (excellente !) tarte aux mirabelles le jour de notre venue. Pour le décor, ambiance bistrot avec de belles horloges sur les murs. Pour les prix : 8€50 le plat du jour, 13€50 la formule, ce qui ne l’empêche pas, par exemple, de se fournir auprès d’un maraîcher local et de promettre de travailler avec des produits de saison. Un « locavore » de plus.

Olivier COLLET

*En 2015, 128 créations d’entreprises ont été accompagnées par les 5 conseillers. L’agglo prend en charge une prise en charge d’une dizaine d’heures pour les patrons qui résident sur son territoire où y installent leur siège social.