Tours

« Il faut mieux faire connaître l’offre de commerces à Tours »

Rencontre avec Hervé Caillard, nouveau président des Vitrines de Tours.

« J’ai toujours habité Tours Centre et j’aime ma ville. » Ces mots sont ceux d’un entrepreneur de 49 ans, Hervé Caillard. Il a une double actualité en ce moment : depuis le début de l’année il a ouvert l’agence immobilière Century 21 de Tours Nationale dont il prépare l’inauguration pour la semaine prochaine (d’ailleurs, il cherche à recruter pour passer de 5 à 10 salariés). Mais, depuis quelques jours, Hervé Caillard est aussi le nouveau président des Vitrines de Tours, association regroupant près de 300 commerçants de différents quartiers, en particulier ceux du centre-ville.

Ce poste, il le prend d’abord en intérim, en remplacement de Soizic Pinero (Printemps) qui a choisi de se mettre un peu en retrait. Son mandat durera donc au moins jusqu’au mois de mars 2017, une période qui comprend l’organisation des animations commerçantes pour le moment le plus important de l’année : les fêtes de Noël. « Il y a un groupe de travail qui planche sur le sujet… » nous dira-t-il simplement. Il faudra donc patienter un peu pour en savoir plus sur l’ambiance en décembre. Mais une chose est sûre, le nouveau président veut un coup de projecteur sur les chèques cadeaux des Vitrines de Tours « acceptés dans 156 commerces, dont certains qui n’adhèrent pas à l’association. » Parmi ses objectifs : convaincre les CE de les proposer à leurs salariés plutôt que de solliciter des marques nationales, « car c’est forcément de la consommation locale. » Ces chèques sont par ailleurs en vente dans 8 sites du centre-ville, dont l’Office du Tourisme.

Habitué à parcourir le cœur de Tours, Hervé Caillard est donc bien placé pour en parler : « il y a du monde en ville. Même s’ils ne consomment pas forcément, les gens se baladent. Et on travaille toujours mieux quand il y a du trafic, bien qu’il soit de plus en plus difficile de faire coller l’offre aux besoins. » Ainsi, même si la fréquentation n’a pas été aussi importante que d’habitude, les commerçants semblent plutôt satisfaits de la Braderie du 4 septembre dernier « parce que beaucoup craignaient qu’elle soit annulée. Certains ont fait le même chiffre qu’en 2015. » En revanche, déception pour l’annulation du grand déballage prévu la veille (pour raisons de sécurité), mais l’idée n’est pas enterrée pour autant.

En fait, il y a quelques mois, les Vitrines de Tours ont sondé les commerçants tourangeaux pour connaître leurs attentes, leurs satisfactions et leurs critiques. « Nous sommes en train d’analyser les résultats… » commente Hervé Caillard qui retient tout de même une chose après une première lecture des questionnaires : il faut améliorer la communication autour des différents commerces. « On a besoin de faire connaître l’offre. Que les gens sachent où trouver tel ou tel produit. La richesse d’une ville, c’est la diversité de ses commerces, leur originalité. Il y a donc un effort à faire sur l’information. » Une proposition en direction des commerces indépendants qui n’ont pas les mêmes moyens pour se faire repérer que les grandes enseignes du Z (Rue de Bordeaux, Rue Nationale, Rue des Halles) devant lesquelles on passe systématiquement.

L’association réfléchit donc au meilleur moyen de mettre en valeur la richesse commerciale tourangelle (signalisation ? Portail web ? Mobile ?). Un défi parmi d’autres (animations événementielles, redynamisation de certains secteurs comme l’Avenue de Grammont…) et pour les relever « il faut des bénévoles motivés. Toutes les idées sont bonnes à prendre, il ne faut pas hésiter à nous rejoindre. » Pour lui la diversité est un moteur, y compris parmi les membres de la direction de l’association : « s’il n’y a que des vendeurs de vêtements, ça ne marchera pas. S’il n’y a que des agents immobiliers, ça ne marchera pas non plus. »

Olivier COLLET