Tours

Le nouveau repaire des viandards

Un restaurant-sandwicherie spécialisé dans la rôtisserie a ouvert en face des Halles.

On n’a pas pu s’empêcher de leur dire. On regrette la fermeture de l’épicerie corse qui occupait les lieux auparavant. Ainsi va la vie du commerce tourangeau. Aujourd’hui, au 22 Place Gaston Paillhou, c’est une rôtisserie qui a pignon sur rue. Et avec un concept qu’Arnaud et Guillaume présentent comme « inédit sur Tours, avec la possibilité de consommer toute la carte de viandes sur place ou à emporter. »

Tous deux originaires du Loir-et-Cher, respectivement âgés de 27 et 28 ans, les deux amis qui se connaissent depuis dix ans ont commencé à travailler sur leur projet en décembre 2015 : « nous étions tous les deux à la fin d’un cycle professionnel. J’ai quitté mon emploi dans une compagnie d’assurance et Guillaume terminait un travail de cuisinier. Alors on s’est lancé mais cela faisait 3-4 ans que l’on avait envie de faire quelque chose ensemble » résume Arnaud. « A la base on voulait ouvrir un restaurant plus classique puis on a découvert ce concept sur Angers. » Ils l’ont donc adapté.

Et Saveurs Rôties est apparu. Joli nom pour ce repère de carnivores sobre mais élégant. A l’entrée, impossible de rater la fameuse rôtisserie dans laquelle Arnaud est tout fier d’avoir réussi à faire cuire un cochon de 13kg il y a quelques jours afin d’honorer une commande pour 30 personnes : « il a fallu 1h pour le découper » sourit-il aujourd’hui. Mais la plupart du temps, ce sont des poulets fermiers Label Rouge « qui ont couru à l’air libre et peuvent atteindre 2,2kgs » qui tournent autour des broches, des volailles à chair jaune « plus fondante. » Les deux cogérants sélectionnent leurs viandes : « elles sont toutes françaises et on essaie de se fournir en local. Le porc c’est du Roi Rose de Touraine, l’autre jour nous avions de l’agneau de Touraine, on a de l’andouillette de Vouvray » mais aussi de la saucisse de Morteau, du canard des Landes…

Et pour le reste de la carte ? « Le pain est fait spécialement pour nous par une boulangerie Rue de la Victoire, les frites sont maison, la julienne de légumes évoluera en fonction des saisons » et Guillaume fait les sauces lui-même « avec de la moutarde à l’ancienne, de la ciboulette ou de l’ail confit. » Les desserts (cheescake ou salade de fruits) sont aussi confectionnés sur place : « l’une des seules choses qui n’est pas maison ce sont les croutons de la salade » s’amusent les deux amis qui se relaient en cuisine et en salle 6 jours sur 7 : « on commence à 7h le matin et on finit rarement avant 22h le soir. »

Ouverts depuis deux semaines, ils ont l’impression que leur concept plait : « ça marche très bien le samedi midi avec le marché et le dimanche c’est notre meilleur jour, on vend beaucoup de poulets rôtis. » Et même si ils mettent pas mal l’accent sur la vente à emporter (en attendant la livraison à domicile), Arnaud et Guillaume insistent aussi beaucoup sur le fait que leur établissement est un restaurant (de 24 couverts) où les viandes se mangent sur planche, avec l’accompagnement qui va bien (en plus des frites et de la julienne, on peut opter pour les champignons).

Côté tarifs, l’entrecôte est à 18€ avec les frites ou les légumes, les 600g de jarret de porc seuls sont à 10€, le magret à 12… Tout ça de 11h à 14h30 du mardi au vendredi, dès 10h le samedi. Mais aussi le soir, de 17h30 à 21h. D’ici peu, un service de précommande en ligne devrait également être proposé « pour que les clients puissent venir récupérer leur viande tout juste rôtie. » Et savourer.

Olivier COLLET