Tours

Parkings, Mc Do, patinoire, eau chaude, quartier des casernes… au conseil municipal de Tours

Les échos de la soirée depuis l'Hôtel de Ville.

Séance de rentrée pour le conseil municipal de Tours ce lundi soir, avec 26 points à l’ordre du jour et plein de rapports qui ont fait durer la réunion. Mais c’est l’occasion d’en apprendre un peu plus sur Tours Événements dont le chiffre d’affaire augmente tant pour la location du Vinci (5,3 millions d’euros en 2015, 3,4 en 2014) que pour celle du parc des expositions (7,2 millions d’euros contre 6,4 en 2014). Néanmoins, du fait de la baisse substantielle de la subvention versée par la mairie, les bénéfices de la société sont en repli. Ils atteignent tout de même 662 000€ en 2015 (contre un peu plus de 800 000 l’année précédente). « Un excellent résultat » a commenté l’élu Christophe Bouchet.

On en a appris aussi au sujet des parkings souterrains de la ville de Tours, ceux dont la concession a été confiée à la marque Indigo, et ce jusqu’en 2038. La fréquentation horaire et les recettes ont progressé de 15% en 2015 mais il y a encore plusieurs parkings qui sont peu utilisés comme celui de la Place Anatole France, « on travaille beaucoup dessus » a souligné l’adjoint en charge de ces questions, Yves Massot qui espère disposer prochainement des chiffres détaillés du remplissage des ouvrages, promis par le concessionnaire mais qui tardent à être présentés. De son côté, l’opposition a demandé un affichage dynamique des places restantes via le groupe Tours 2020 (on reviendra sur le sujet en détails bientôt).

Aux Fontaines, aux Rives du Cher ou encore dans le quartier de la Belle Fille, il y a des soucis de chauffage et d’eau chaude. Les habitants sont en conflit avec la société SCBC qui demande aux résidents de payer des travaux de rénovation des tuyaux suite à des cas de légionellose. Les habitants estiment que ce n’est qu’un prétexte et se sont réunis au sein d’une association, Cogénération 37, afin de faire contrepoids face à l’entreprise. Le groupe Tours 2020 s’était emparé du sujet dès le mois de juin et est revenu à la charge via Monique Maupuy. Entre temps, une réunion de concertation a eu lieu, la SCBC s’est dite confiante sur l’obtention d’un compromis mais les habitants sont encore très inquiets. « Dans ce dossier il faut aller vite et rédiger un nouvel avenant au contrat qui doit être équilibré. Il en va du bon fonctionnement pour l’ensemble des utilisateurs » a commenté le maire, Serge Babary.

L’élu s’est aussi exprimé sur le dossier de la rénovation du quartier des casernes Beaumont-Chauveau. Le problème là-bas, c’est qu’avant de concrétiser le projet pour de bon il faut signer avec l’Etat ce qui n’a toujours pas été fait : « on attend l’accord du ministre, c’était prévu en juin, puis en juillet, puis en septembre et maintenant on nous parle du 15 octobre… Ca ne nous empêche pas de travailler mais il faut faire les choses dans l’ordre » a souligné le maire disant « regretter cette lenteur de l’Etat. »

Comme à chaque fois, les conseillers municipaux ont passé quelques minutes à parler de St Martin. On a appris que le spectacle Les Illusions de la Cathédrale (dont le succès a été unanimement salué) avait coûté 95 000€ de plus de prévu dont plus de 17 000€ d’électricité. Il y a aussi un surcoût lié au gardiennage et un autre lié à la prolongation des représentations jusqu’au mois d’octobre. Cependant, cette somme est valable pour les 3 années du contrat qui lie la ville au scénographe Damien Fontaine qui a conçu le son et lumières. Budget total : 745 000€ jusqu’en 2018.

Autre problème mis sur la table, celui de l’amiante à la patinoire de Tours. A partir de cette année vont débuter des travaux de désamiantage, notamment pour la tribune principale, fermée au public. Mais pour éviter une fermeture totale de la patinoire qui aurait été préjudiciable aux Remparts de Tours et au CMPT (patinage artistique), le chantier se fera par tranches et profitera aussi des trêves. Cela aura quand même des conséquences pour les hockeyeurs avec une forte baisse de la billetterie mais la ville va du coup augmenter sa subvention. A aussi été évoqué le projet de construction d’une nouvelle halle sportive pour l’agglomération qui pourrait faire partie des ambitions de la future métropole de Tours. Mais ce n’est pas pour demain.

En bref, notez encore que l’on a franchi une nouvelle étape dans le cadre du projet de construction d’une école dans le quartier des Deux-Lions avec la constitution d’un jury pour évaluer les propositions des professionnels qui travailleront sur ce futur établissement scolaire programmé pour 2019. Ajoutons que la location des salles municipales rapporte de plus en plus à la mairie de Tours : 151 000€ en 2015, déjà 162 000 sur la période janvier-juillet 2016. Côté environnement, Tours Ouest finira par profiter d’une chaufferie biomasse et gaz. Enfin, la pirouette de la soirée est signée de l’élu des Verts Emmanuel Denis qui a détourné le débat sur un projet étudiant européen pour dire tout le mal qu’il pensait du futur Mc Do de la Place du Grand Marché. Le maire a répliqué en se disant satisfait de voir que Tours était attractive pour de grandes enseignes et qu’il fallait s’attendre à d’autres annonces d’arrivées dans des lieux emblématiques de la ville (on parle en particulier d’un café Starbucks sur la Place Jean Jaurès.

Olivier COLLET