Tours

Le tour du monde dans l’assiette et dans les yeux

Assiette et Art s’est récemment installé Rue du Grand Marché.

Assiette et Art… Un nom pareil pour un restaurant cela cache forcément une histoire. On ne s’y est pas trompé. Rendez-vous est pris avec Nouri Almohamad, 32 ans. Il n’est pas forcément très bavard, sans doute un peu réservé ou hésitant mais aussi très avenant, et intéressant. A la base ce Syrien d’origine est musicien, il joue du qanun, « c’est le grand-père du piano », et il interprète des chansons orientales. Une passion qui l’a emmené en voyage : Dubaï, la Chine, le Maroc, l’Egypte… C’est aussi la musique qui l’a incité à choisir Tours. En 2011, le voilà donc étudiant à l’université François Rabelais, pour un master en musicologie. Il fait quelques concerts, diffuse sa culture… Mais ça ne suffit pas pour vivre avec sa femme et sa fille.

Tout cela nous amène à ce restaurant de la Rue du Grand Marché, au cœur du Vieux-Tours : « la cuisine c’est ma deuxième passion » raconte Nouri Almohamad que l’on sent capable de disserter pendant de longues minutes sur les épices. Il a tout essayé, toutes les combinaisons, avec une préférence pour les épices indiennes et marocaines, en particulier le safran. Sa devise : « avec les épices, parfois ça passe, parfois ça casse. » « Dans les réunions de famille, c’est souvent moi qui faisait à manger et j’aime beaucoup inviter à dîner chez-moi. » Alors il a voulu un commerce à son image : « un endroit classe et chic, ouvert sur le monde, avec une atmosphère artistique. » La photo se fera – évidemment – devant le piano et à proximité des très belles photos d’Alain Picioni, un français d’origine italienne.

Ouvert depuis le mois de mai, Assiette et Art fait donc partie de ses commerces de plus en plus nombreux à parier sur la diffusion de l’art pour changer leur ambiance au fil des saisons, et mettre en valeur différentes cultures. Les artistes présentés seront syriens ou originaires de différents pays et la cuisine aussi aura des allures internationales : « notre concept ? Choisir un pays tous les 15 jours, pour faire le tour du monde. On fait mexicain, indien, italien, thaïlandais… Bientôt ce sera l’Afrique ou l’Arménie. Et chaque fois on fait de longues études avant de choisir les plats. »

En cuisine, c’est Guillaume Richard qui mène la danse. Cet ancien des cuisines d’Alain Ducasse dans le sud de la France est aussi passer par la Bretagne. Et ce nouveau défi l’incitant à se renouveler sans cesse l’a motivé. De lui, Nouri Almohamad dit qu’il fait « des tableaux avec ses assiettes. » Sur la carte saisonnière qui complète les menus événementiels on trouve ainsi de la vraie daube de bœuf, le poisson du marché, de petits farcis au confit d’agneau, de la volaille farcie de tapenade, un tian d’agrumes… « Un mélange des saveurs françaises et orientales », le tout complété avec une carte de vins français bio et de quelques vins du monde. Comptez une trentaine d’euros pour un repas complet, entre 10 et 14€ pour le plat du jour le midi (formule à 21€).  

Olivier COLLET