Tours

La communauté Pokémon Go de Tours s’organise

Un site Internet a été spécialement créé par un joueur passionné.

Gabriel a 23 ans, il avait téléchargé le jeu pour smartphone Pokémon Go bien avant sa sortie officielle en France en juillet, il a déjà atteint le niveau 23 et fait 60km à pied, il a participé aux deux safaris organisés à la Gloriette de Tours le 31 juillet (plus de 500 personnes) puis à la Perraudière de St-Cyr-sur-Loire dimanche dernier (plus de 1 000 personnes), il constate un intérêt de toutes les générations pour la chasse des bestioles virtuelles (« même un grand-père seul avec sa canne ce week-end »)... mais : « on croise encore des personnes qui ne savent pas du tout ce que c’est. »

Le jeune homme, qui vient d’achever des études en informatique avec une spécialité pour la création de sites n’est pas avare de détails et d’anecdotes. Fan de Pokémon depuis sa plus tendre enfance (il avait les jeux sur Game Boy Color à la fin des années 90), il a vu la création de ce nouveau jeu comme une excellente façon de retrouver le plaisir de passer un bon moment avec ces personnages puis, un peu plus tard, comme un bon moyen d’enrichir son CV voire de trouver un emploi.

Ainsi, depuis quelques semaines, Gabriel est le créateur du site tourangeau dédié à Pokémon Go, pogotours.fr : « il fonctionne comme un wiki avec des tutos sur le jeu comme les meilleurs spots de Tours pour trouver tel ou tel Pokémon. Il y a aussi des articles sur les mises à jour de l’application ou sur la façon de faire des réclamations si l’on se fait bannir. C’est encore en développement mais je me suis dit que ce serait bien de développer la communauté tourangelle. »

De fait, en Indre-et-Loire, le jeu fédère de façon eexponentielle : plus de 5 000 fans sur la page Facebook locale dédiée au jeu, près de 3 000 membres dans le groupe de discussion principal... « Il y a même un groupe qui s’est monté à Loches. » Gabriel qui voit vraiment l’essor de ce jeu comme un nouveau loisir avec l’arrivée de la réalité augmentée (« on peut faire des photos avec un Carapuce sur sa tête ») nuance tout de même l’engouement : « je pense qu’on va arriver à un plafond. Au bout d’un moment pas mal de joueurs vont se lasser car les niveaux deviennent plus longs à passer, il faut vraiment jouer beaucoup surtout après le niveau 20. » De nouveaux événements pourraient bientôt être organisés, imaginés en groupe notamment avec le jeune chef d’entreprise Kevin Descoubes : « ça pourrait être d’autres safari ou des marches dans la ville. »

Le jeune webmaster relativise aussi les critiques récurrentes autour de la création de Niantic : « on lit que les joueurs sont irresponsables, que les personnes ne sont plus attentives, qu’ils laissent des déchets... C’est comme tout il y a une majorité et une minorité. A St-Cyr-sur-Loire la mairie était très contente de l’état dans lequel on a laissé le parc. Il y a eu deux petits mouvements de foule mais on réussi à bien les gérer. C’est un jeu convivial, qui se joue à plusieurs. Avec mes amis quand on va au bar, il est allumé mais on n’a pas tout le temps les yeux rivés dessus. » Et coup de chance pour lui : Pokémon Go ne risque pas de briser son couple : « ma copine joue aussi. »

Olivier COLLET