Tours

La braderie de Tours maintenue de justesse

La sécurité y sera très renforcée.

Le préfet d'Indre-et-Loire l'a dit à plusieurs reprises : il n'aurait pas hésité à faire annuler la braderie de Tours compte tenu du risque d'attentat. L'annulation de la braderie de Lille début août, la plus grande de France, ou encore de celle de Béthune il y a peu, laissaient d'ailleurs imaginer une décision similaire, d'autant que début septembre l'opération Sentinelle avec les patrouilles de militaires sera achevée. Mais finalement, ce vendredi, la préfecture a confirmé le maintien de l'événement phare de la rentrée prévu le 4 septembre, et ce après plusieurs réunions avec les services de la ville.

Les autorités prennent acte "des dispositions exceptionnelles prises par la ville" pour assurer la sécurité de la manifestation, et notamment de ces accès malgré son périmètre très étendu (Boulevard Béranger, Boulevard Heurteuloup, Avenue de Grammont, Rue Nationale...). Même si l'espace était plus restreint, un test avait déjà été mené au moment de la Foire à l'Ail le 26 juillet avec des barrages de barrières gardés par les forces de l'ordre et des patrouilles d'agents armés dans la foule.

La préfecture estime donc que la braderie sera assez sécurisée malgré le risque d'attentat "qui reste élevé" et ajoute que les services de l'Etat seront présents en soutien à ceux mobilisés par la municipalité pour compléter le dispositif. Les exposants et les visiteurs devrint aussi se montrer plus vigilants et accepter de nouvelles consignes. Une question désormais : la foule sera-t-elle au rendez-vous ?

O.C.