Tours

Une minute de silence pour les victimes de Nice

Elle a été respectée à midi à Tours.

Des mines graves, silencieuses, et un désagréable sentiment de déjà vu. Ce lundi midi la population tourangelle était invitée à se rassembler dans la cour de l'Hôtel de Ville ou devant la préfecture pour respecter une minute de silence en mémoire des victimes de l'attentat du 14 juillet au soir sur la Promenade des Anglais à Nice. Un hommage aux 84 morts et aux blessés qui se battent toujours pour la vie.

En l'absence du maire de Tours, c'est son adjoint à la sécurité Olivier Lebreton qui a présidé ce moment en demandant le silence après les douze coups de midi et les sirènes. Il a ensuite proposé aux plusieurs dizaines de personnes présentes (agents de la mairie, policiers municipaux...) d'entonner La Marseillaise. Un moment grave, qui se répète après les attentats de janvier et novembre 2015. Au même moment, les bus et tramways du réseau Fil Bleu se sont également arrêtés pendant une minute. 

Au Centre Communal d'Action Sociale de Tours (CCAS), une minute de silence a également été observée. Sa présidente Marion Nicolay-Cabanne s'est exprimée : "Ce terrorisme s’attaque à nous car nous avons inventé les Droits de l’Homme. Nous accueillons toutes les cultures et toutes les religions. Nous éduquons nos enfants, y compris nos filles. Nous respectons l’Humanité qui est en chaque homme, chaque femme, chaque enfant. Nous vivons libres de nos choix. (...) Il ne faut pas céder aux sirènes de la revanche, qui n’apporte rien d’autre qu’un peu plus de malheur. Mais la France doit rester ferme, elle doit continuer à combattre ce terrorisme partout dans le monde car plus il est puissant ailleurs, plus il sera fort pour nous frapper ici. Nous avons déjà vécu des vagues d’attentat. Notre pays a déjà vécu une occupation et deux guerres mondiales sur son territoire. Il a déjà gagné, et perdu aussi, des guerres seul contre tous. Mais la Liberté et notre humanisme ne s'éteignent jamais."