Tours

Le FN37 tente l'écologie

Et lance une antenne tourangelle du Collectif Nouvelle Ecologie.

Les Verts ont de la concurrence. Décidés à ne pas laisser tout le champ libre aux traditionnels écologistes au "monopole scandaleux", les frontistes Bleu Marine se verdissent, y compris en Touraine. Et comme depuis un an et demi, sous l'impulsion du Front National et du Rassemblement Bleu Marine, on a vu fleurir le Collectif Nouvelle Ecologie, c'est tout... naturellement... qu'une graine est plantée en Touraine, et c'est la 15ème de France, la première de la région.

Si l'on nous assure que vu les expériences menées dans d'autres régions, au bout du compte, le mouvement finit par s'affranchir du FN pour accueillir des personnes d'autres horizons, pour l'instant, la quinzaine de membres tourangeaux (600 dans tout le pays) font tous partie du parti de Marine Le Pen (genre Gilles Godefroy, conseiller régional et municipal à Tours ou Jean-Pierre Sanchez de Joué-lès-Tours). Et chacun a sa spécialité. Objectif affiché : être un laboratoire d'idées, peser sur les programmes de 2017 (mais pas forcément que pour le Front).

Ce jeudi, c'était la première étape du Collectif Nouvelle Ecologie 37 avec une réunion publique à Tours : "on veut faire de l'écologie de manière pragmatique, désidéologisée. L'écologie appartient à tout le monde" nous dit Eric Richermoz, le secrétaire national. "L'écologie c'est vaste, transversal. On a énormément de sujets sur lesquels on travaille comme le glyphosate imposé par la Commission Européenne pour 18 mois contre l'avis de la France alors qu'il y a d'autres solutions. il faut faire avancer la recherche et utiliser d'autres modes de culture pour avoir une nourriture plus saine."

Mais n'allez pas lui parler d'éoliennes, "antidémocratiques" : "les ruraux sont mis de côté, on ne demande pas l'avis des gens les préfectures passent en force, l'argent gagné par ces éoliennes va très souvent aux promoteurs, des fonds de pension... Les habitants qui subissent les nuisances dans des régions touristiques comme ici n'y trouvent pas leur compte." Eric Richermoz exige donc des référendums sur chaque projet.

Défense des habitants du monde rural, des agriculteurs... Même si le Collectif Nouvelle Ecologie se défend de vouloir défendre des idées en vue de constituer une réserve de voix pour le FN, il s'adresse tout de même en priorité à des citoyens souvent plus sensibles aux idées des Le Pen et consorts, et donc milite avant tout pour leurs intérêts. Un sous-parti en construction avec des idées en gestation et des positions pas encore très tranchées ni affinées (donc un peu de meublage en phrases toutes faites. En Indre-et-Loire, Pascal Plaza (tourangeau, chef d'entreprise, militant FN) conduit le groupe : "l'écologie est une obligation. C'est à nous de la prendre en main." Parmi ses priorités : soutenir les producteurs bio qui manquent d'aide car "elles sont bloquées jusqu'en 2020" selon lui.

"Nous voulons monter les problèmes locaux au niveau national" poursuit Pascal Plaza : "l'objectif c'est de faire de l'écologie intelligente et pragmatique." Le CNE37 a par exemple travaillé sur le PPRI avec les élus FN des communes concernées (il y est favorable et s'oppose aux restrictions demandées par la ville de Tours au nom d'une protection maximum des habitants) et dénonce une absence de concertation des riverains du futur centre de traitement des déchets de Joué-lès-Tours à la Billette : "tout le monde sait qu'il va exister sauf les riverains, notamment à Monts."

O.C.