Tours

Gros malaise autour de la subvention du Centre LGBT de Touraine

Seulement deux jours après la Marche des Fiertés.

On croyait que la forte mobilisation lors de la Marche des Fiertés de samedi à Tours était un signe fort de fraternité envers la communauté LGBT après l'attentat au Pulse. Raté. "Les absents se reconnaîtront" avaient lancé l'élu centriste Christophe Bouchet au moment de rendre hommage aux 49 morts d'Orlando au nom de la mairie. Des absents qui se sont exprimés par la voix de Cécile Chevillard ce lundi lors du conseil municipal de Tours, au détour d'une délibération destinée à voter des subventions pour 65 associations dont 600€ pour le Centre LGBT de Touraine afin de mener des actions de prévention contre le suicide.

L'élue de Tours Nord également conseillère départementale n'a jamais caché sa sympathie pour le mouvement de La Manif pour Tous, et sur ce coup-ci elle a tenu des propos au moins gênants : "dans ce contexte particulier et tragique j'ai une pensée pour toutes les victimes de cet acte barbare à Orlando. Pour cette raison uniquement je voterai cette subvention. La barbarie et le terrorisme ne doivent pas paralyser toute réflexion, ce serait donner raison à la violence et l'intolérance."

Cécile Chevillard qualifie ensuite le Centre LGBT de cette façon : "une association qui est plus qu'un lobby politique défendant des postures politiciennes comme on l'a vu récemment." Estimant qu'il a certaines actions "louables" elle ajoute néanmoins que ce soutien municipal pour la prévention anti-suicide serait plus justifié ailleurs en citant une liste d'autres structures : CHU, SOS Amitié, La Maison des Adolescents... Bref tout le monde plutôt que le Centre LGBT (dont l'action est pourtant bien ciblée, car les personnes victimes d'homophobie sont - on le sait - plus sujettes au suicide). Autre argument un peu court : le député Jean-Patrick Gille a mis 5 000€ de sa réserve parlementaire.

Ce qui semble avoir décidé l'élue à s'exprimer cette année (soulignant qu'elle ne l'avait pas fait l'an dernier, en gros qu'elle avait avalé la couleuvre par solidarité de majorité) ce serait une prise de position qu'elle estime pro-GPA de l'association chez nos confrères de la NR en février. Nous l'avons retrouvée, elle est signée de Jérémy Guérin-Coquereau et extraite de l'Assemblée Générale : « Nous avons gagné de nombreux combats mais il y en a encore de nombreux autres à mener : la PMA, la gestation pour autrui, le droit des transgenres, les droits des travailleurs du sexe, etc. Dans ces combats, certains de nos partenaires ne seront pas d'accord. C'est pour cela que nous devons les mener unis. »

"L'association n'a jamais pris position sur les questions relatives à la GPA" se défend aujourd'hui son porte-parole Mickaël Achard qui précise cette déclaration hivernale : "nous estimons qu'il faut avancer sur la PMA et qu'il doit y avoir un débat sur la GPA." Plus généralement, le Centre LGBT constate "avec regret (...) qu'il faille un meurtre de masse pour pouvoir participer symboliquement à la lutte contre le suicide des jeunes LGBT. (...) Par ailleurs, il serait certainement souhaitable que Cécile Chevillard quitte enfin son manteau de porte-parole du lobby "Manif pour tous" afin de devenir une élue pour tous les administrés de Tours, qu'ils soient LGBT ou non.  Dans un souci de dialogue, l'association serait heureuse de lui offrir un café lors d'une Permanence d'Accueil et d'Écoute  dont elle a malheureusement contribué à augmenter la fréquentation (2012 : 70 visites - 2015 : 817 visites)."

Mickaël Achard compare également la sortie de Cécile Chevillard à la polémique récente de Nantes où la région a supprimé la subvention d'une association sous prétexte qu'elle défendait la GPA "alors qu'elles avait simplement organisé un débat avec des intervenants pour et contre. C'est pour créer la polémique, c'est ça qui est gênant."

"Quelle honte ! C'est scandaleux que le maire la laisse déblatérer des contre-vérités" s'est étranglée de son côté la socialiste Cécile Jonathan. Elle abien  tenté de faire réagir Serge Babary mais il s'est contenté d'appeler "à respecter l'éthique de chacun." Question : quel prétexte utilisera Cécile Chevillard la prochaine fois qu'il faudra voter une subvention pour le Centre LGBT de Touraine ? Ira-t-elle jusqu'à voter contre, quitte à être suivie par d'autres amis de la droite dure du conseil municipal ?

Olivier COLLET