Tours

Monnaie locale de Touraine : on sait à quoi vont ressembler les billets de Gabare

6 réalisations ont été retenues par les internautes.

Le concept de monnaie locale complémentaire de Touraine avance pas à pas. L’objectif de l’association La Planche à Gabare c’est toujours de mettre en circulation ses billets dans le courant de l’automne, avec l’ambition de soutenir l’économie en Indre-et-Loire et en particulier les circuits courts. Pour rappel, cette monnaie baptisée La Gabare a la même valeur que l’euro mais ne pourra être utilisée que dans le département, auprès d’une sélection de professionnels engagés dans un processus de soutien de l’économie locale.

Cette monnaie tourangelle a un principe de fonctionnement similaire à celui d’une trentaine d’autres monnaies de terroir en France. De plus, elle a été conçue en grande partie grâce aux internautes curieux de la création de ce projet. C’est ainsi eux qui avaient choisi son nom en fin d’année dernière (La Gabare, célèbre bateau de Loire) et c’est aussi eux qui ont proposé les visuels des billets et voté pour choisir ceux qu’ils préféraient (près de 500 internautes ont participé au sondage en un peu plus de deux semaines).

Cet engouement ravit la quinzaine de bénévoles très engagée dans le processus (autorisé par l’Etat depuis une loi de 2014 mais très contrôlé par la Banque de France). Une quinzaine de graphistes ont proposé des visuels et une partie du travail de 6 d’entre est sortie du lot : un dessin de la Place Plume par Clément Haméon, une photo du Pont Wilson par Tatiana Proust, une sorte de parchemin figuratif par Parwine Aziz, un design de billet simple et épuré par Anne-Laure Decaux et son agence Useful, des lignes représentant notamment une gabare par Damien Chamet et un dernier visuel signé Yohan avec des vignes bicolores.

Dans les prochaines semaines, ces artistes professionnels ou amateurs vont travailler avec l’association pour intégrer de la meilleure manière les images sur les futurs billets (la valeur n’est pas déterminée mais ce sera par exemple 1, 4, 10 et 25 Gabare pour se démarquer). Il y aura un visuel commun à tous les billets et les autres seront répartis entre les différentes valeurs.

La dernière étape, et non des moindres, sera de séduire un maximum de commerçants et d’acteurs économiques d’horizons divers pour qu’ils acceptent les paiements en Gabare, payent leurs fournisseurs en Gabare voire versent une partie du salaire de leurs employés en monnaie locale. « Il faut que les gens se bougent et pensent à leur impact. Cette monnaie doit circuler au maximum elle n’est pas faite pour rester dans les tiroirs » explique l’association qui tente en ce moment de rassembler 12 000€ pour financer l’impression des premières planches de Gabare (la moitié a déjà été récoltée via Ulule).

Pour comprendre plus clairement comment ça marche vous pouvez relire nos précédents articles ou alors partir à la rencontre des bénévoles qui seront présents sur plusieurs événements de l’été comme le festival Terres du Son du 8 au 10 juillet ou lors de leur présence hebdomadaire à la guinguette de Tours le mercredi. 

 Olivier COLLET