Tours

"Les Tables de l’Agglo" vous guide vers les bons restaus

La deuxième édition vient de paraître.

Sur Info-Tours.fr on a l’habitude de vous faire part de nos repas dans les différents restaurants de Tours et de l’agglo, mais nous ne sommes pas les seuls à regarder de près ce qu’il y a dans nos assiettes. Ainsi, après une première édition plutôt réussie, l’Office du Tourisme de Tours réédite son guide des Tables de l’Agglo qui vient tout juste d’être imprimé à 10 000 exemplaires.

Gratuit, le petit livre « s’adresse aussi bien aux Tourangeaux qu’aux touristes » explique Virginie Rivain qui a piloté le projet avec des journalistes gastronomiques partis tester (quasi) incognito les différents plats servis à Tours et dans les villes voisines (Joué, Rochecorbon, Villandry, Fondettes…). Au final, on trouve 46 propositions, de la sympathique sandwicherie La Table de Fred (Rue du Commerce) à l’incontournable La Roche le Roy en passant par des institutions comme La Maison des Halles, Arlot ou des découvertes comme Parfum Culture.

Insolite : « on a même mis un kebab » note Virginie Rivain, « parce que c’est une offre qui existe de façon importante sur Tours et qu’il y a une demande notamment de touristes qui ont peu de budget alors on a choisi d’en mettre en valeur un dont on sait que les produits sont frais et qui tient la route. » En l’occurrence, Chez Habibi. Côté cuisine du monde, on est aussi servi avec du japonais, du libanais, du berbère ou du coréen. Rapport au premier volume, certaines adresses sont sorties, d’autres entrées. Une catégorie « pause sucrée » a été ajoutée avec des salons de thé et on termine par les pages consacrées à la « pause salée » avec des bars à vins.

Forcément non exhaustif vu le nombre d’adresses à Tours et celles que l’on voit régulièrement ouvrir, Les Tables de l’Agglo s’avère en tout cas un outil plutôt utile quand on cherche à emmener des amis à la découverte des plats traditionnels d’ici ou des chefs qui savent allier originalité et convivialité. Forcément, on regrette l’absence de certains et on se dit que d’autres n’auraient pas forcément eu nos faveurs mais c’est là aussi l’art de la subjectivité : « on est plutôt dans le conseil. On a des restaurants constants, qui renouvellent leurs cartes. On peut s’affirmer comme une autre capitale de la gastronomie » conclut la directrice de l’Office du Tourisme tourangeau.

O.C.