Tours

Plus de 1 500 personnes pour découvrir la nouvelle Mame

La Cité de la Création et du Numérique a été inaugurée.

On est sur le parvis de l'ancienne imprimerie Mame de Tours et une sonnerie retentit. Oui, c'est bien celle de la messagerie instantanée Skype, à fond dans les enceintes. C'est Orléans qui appelle. A plus de 100km de là, il y a aussi tout le gratin de la cité réuni en un seul et même lieu : Le Lab'O. Dans les deux cas, élus, artistes, représentants du monde économique, communicants, twittos... se sont mis sur leur 31 pour l'inauguration où il fallait absolument être, voire même rester le plus longtemps possible. Parce que ça montre que l'on soutient les jeunes créateurs d'entreprises (entre autres). 

Mame a donc eu droit à sa journée de gala. 10h de programme pour le site industriel devenu Cité de la Création et du Numérique, "lieu totem de la French Tech Loire Valley" disent les éléments de langage sur le (joli) pin's officiel, (en français on dira : rassemblement des jeunes entrepreneurs du monde du numérique, de leurs amis et de leurs soutiens). Faire tout le tour prend du temps (et nécessite une bonne résistance à la chaleur... puis à la pluie). On croise un robot éduqué pour ne pas nous rentrer dans les pattes, il y a des caméras partout, des développeurs de ci ou de ça à la pelle dans ce bâtiment encore en chantier, et, oh !, voici un panneau de limitation de vitesse qui bouge tout seul (il passe de 90 à 70 en 10 secondes le bougre !)...

Politiquement, c'était la journée de Thibault Coulon, l'adjoint de Tours chargé de l'économie, de l'emploi et du numérique. Qui a eu droit à une longue accolade (à ce point là c'était presque un câlin) du président de l'agglo Philippe Briand qui avait l'autre main sur l'épaule du maire Serge Babary pendant tout le verdoyant spectacle d'ouverture destiné à apporter le ruban inaugural aux élus.

Un joli ballet d'hommes et femmes verts ayant revêtu une sorte de combinaison de plongée et qui ont fait les funambules dans les airs du parvis de Mame puis ont conçu une sorte de ballet sur les murs avant de suspendre ciseaux et rubans au dessus de la tête de politiques... souriants, malgré la présence d'une dizaine d'opposants à la loi Travail un peu remuants et venus montrer leurs pancartes "so 49.3" au premier rang (donnant lieu à quelques remontrances du genre "vous vous croyez malins ?" ou "Vous pensez vraiment que c'est le moment ?").

Mame se veut comme un lieu démocratique, un forum d'idées, un laboratoire de création, une usine à épanouissement... Aujourd'hui tout le monde est dans l'euphorie, se lance tête haute dans une aventure économique espérant profiter d'une dynamique. Un grand pari dont la cote est avantageuse, avec la bénédiction (y compris financière) des autorités et de quelques grands partenaires. L'espoir d'un mariage réussi entre deux villes que tout le monde oppose et qui parviennent à faire quelques pas ensemble. En aparté, Thibault Coulon donne déjà rendez-vous dans un an, pour un premier anniversaire qu'il imagine tout aussi festif, et où il sera nécessairement l'heure de faire le bilan.

Olivier COLLET