Tours

Engagé depuis Tours pour la protection des océans

Gaëtan Roudillon est à la tête du groupe Sea Shepherd de Tours.

L’envie lui est venue en 2014, quand il est revenu à Tours après avoir habité Chartres. Plongeur, sensible aux questions de protection des océans et souvent embarqué sur un bateau, Gaëtan Roudillon entreprend de réactiver le groupe Sea Shepherd de Tours qui avait été laissé à l’abandon. Aujourd’hui, il compte une quinzaine de membres et fait partie des 15 antennes locales de cette association réparties en France, l’une des seules qui n’est pas en bord de mer.

Car il n’est pas indispensable d’avoir la plage à portée de vue pour s’engager dans la défense des fonds marins, en tout cas c’est ce pour quoi Gaëtan Roudillon milite : « plus de 50% de l’oxygène que nous respirons provient des océans, donc nous sommes tous concernés et les préserver est vital sur le long terme. On n’a pas besoin de vivre près de l’océan pour être impliqué. »

Présent sur des festivals, des concerts ou différents événements dans la région Centre-Val de Loire voire le Poitou, le groupe Sea Shepherd de Tours insiste avant tout sur la sensibilisation : « la plupart des gens ne se rendent pas compte que notre mode de consommation a un impact direct sur les océans. 40% de tout ce qui y est prélevé sert pour l’alimentation des animaux domestiques. C’est impressionnant quand on sait que l’on a assisté à l’extinction de plusieurs espèces. Les océans s’appauvrissent. »

Désormais, Gaëtan Roudillon ne mange plus aucun poisson : « notre régime actuel c’est des millions d’animaux abattus avec des techniques de pêche de plus en plus efficaces et destructrices comme des filets profonds et dérivants qui saccagent les fonds marins. Il a fallu interdire totalement la pêche dans certaines zones pour que l’océan se régénère. Il en a la capacité mais il faut le laisser faire. » Et à certains endroits, les bénévoles de Sea Shepherd s’assurent que les mesures sont respectées. « il est vraiment important de changer d’alimentation ou du moins d’avoir une réflexion là-dessus. On est obligé de pêcher de plus en plus loin, comme en Afrique, alors que là-bas les pêcheurs ont du mal à trouver de quoi nourrir leurs villages. »

Le 16 juin, l’association accueillera sa présidente nationale et Paul Watson à la salle Thélème de la Fac des Tanneurs pour une projection débat avec une présentation du film How to change the worl qui raconte la naissance de Greenpeace, association ayant certains combats communs avec Sea Shepherd. L’entrée est à 10€, la séance débutera à 19h30 pour se finir vers 22h15 (réservation ici).

Olivier COLLET