Tours

Christophe Bouchet ne rempile pas à la présidence de l'UDI37

Et charge Sophie Auconie. Et annonce sa candidature aux législatives.

Si l'on n'était pas encore convaincu des fractures importantes au sein de la fédération UDI d'Indre-et-Loire, le texte envoyé ce soir par son président Christophe Bouchet met les conflits sur la place publique. Enfin, président... L'adjoint au maire chargé du tourisme et du rayonnement de la ville de Tours, président du Parti Radical, qui a conservé une activité professionnelle, ne veut plus de ce poste et ne se représente donc pas en vue du scrutin prévu dans un mois. Et même, il n'a pas repris sa carte à l'UDI en 2016.

La faute à qui ? A l'en croire, en bonne partie à Sophie Auconie, également élue à Tours, ancienne députée européenne et candidate pour prendre les reines du parti centriste : "je regrette que Sophie Auconie se présente à la candidature en renonçant à la parole donnée, par elle et Jean-Christophe Lagarde (président national, ndlr), d'avoir une fédération apaisée et consensuelle. Sa candidature montre une fois de plus que les appareils politiques ne sont capables d'aucune loyauté."

Il poursuit : "Sophie Auconie a monté des alliances inconcevables avec certaines personnes du conseil municipal de Tours contre la majorité LR-UDI. Cela entraîne un décalage total avec l'union qui avait été notre fondement et qui reste pour moi le préalable à un projet territorial. Les statuts de l'UDI, contrairement à ceux du Parti Radical ou du Nouveau Centre, permettent l'entrée dans cette association de toutes les personnes, sans validation du bureau ou d'une charte de valeurs. Or l'apparition de certains individus dans le fichier des électeurs et adhérents de l'année 2015 n'est pas acceptable."

"Le travail des idées semble aujourd'hui davantage lié au Parti Radical et aux autres composantes qu'à l'UDI qui tend à se transformer en une machine électoraliste" ajoute également Christophe Bouchet qui met à son crédit la bonne représentation du parti centriste dans les instances locales actuelles (2 conseillers régionaux de Touraine, 8 conseillers départementaux, 7 adjoints à Tours...) et se sent également légitime pour briguer le siège de député de la 1ère circonscription d'Indre-et-Loire, en l'occurence celle de la ville de Tours, pour laquelle sont également pressentis d'autres membres de la droite tourangelle (Françoise Amiot ou Céline Ballesteros).

Ce lundi soir, Christophe Bouchet, qui affirme que la politique "c'est d'abord des projets au service de l'intérêt général" a donc dégainé et repris une certaine indépendance mais sa ligne devrait continuer d'exister à l'UDI37, notamment dans la bouche d'élus comme Xavier Dateu, dont les relations avec Sophie Auconie sont, au moins, excécrables.

O.C.