Tours

Nos Territoires ont des Talents : nouvel outil contre le chômage des jeunes

Il permet aux demandeurs d’emploi de se faire accompagner par des cadres et patrons.

Un peu d’histoire : il y a dix ans dans le 93 près de Paris, c’était le début de l’opération Nos Quartiers et des Talents (c’est le MEDEF du coin qui a eu l’idée). Le concept : des parrains qui sont cadres ou patrons avec au moins 8 ans d’expérience accueillent bénévolement des jeunes de moins de 30 ans et issus de quartiers défavorisés pour les aider à trouver du travail. Depuis 2005, 30 000 jeunes ont été accompagnés dont 5 500 l’an dernier. 2015, c’est aussi la date de l’arrivée de ce dispositif en Centre-Val de Loire avec aujourd’hui une cinquantaine de partenaires engagés (dans les secteur de la banque, de l’habitat, de la grande distribution, des nouvelles technologie ou de l’énergie).

Est-ce que ça marche ? Évidemment que oui nous a-t-on expliqué cette semaine devant un parterre de représentants économiques qu’il fallait convaincre de donner de leur temps dans des plannings déjà bien chargés. Deux témoignages : Marie, qui retrouve confiance grâce à son parrain après une grosse déprime : « on m’a souvent reproché de manquer d’expérience, mes candidatures étaient ignorées… » Parfois, un rendez-vous suffit pour déclencher l’électrochoc comme l’a souligné Stéphane, un parrain qui a reçu une jeune femme et a retravaillé son CV avec elle n’hésitant pas à lui dire honnêtement « mais avec bienveillance » tout ce qui n’allait pas dessus avec l’aide de son service RH : « elle m’a appelé récemment pour me dire qu’elle avait trouvé un CDI. » Et de s’interroger : « mais pourquoi on n’apprend pas aux jeunes à se vendre durant leurs formations ? »

S’il n’y avait que ça… Le constat c’est aussi que malgré leur jolis diplômes, beaucoup de jeunes manquent de réseau. D’autant plus s’ils ont fait leurs études ailleurs que là où ils cherchent du travail. Et on le sait aujourd’hui, signer un contrat sans réseau, ça devient en plus rare… D’où cette idée du parrainage / marrainage pour que les cadres et chefs d’entreprises ouvrent leur réseau aux demandeurs d’emploi une fois la relation de confiance tissée. L’objectif est d’accompagner 150 jeunes cette année en Centre-Val de Loire (120 l’an dernier) mais il manque des parrains pour au moins 40 d’entre eux aujourd’hui. Pourtant, selon les responsables du projet, 70% trouvent un job à l’issue de leur accompagnement.

« Les jeunes des quartiers ne sont pas moins diplômés mais plus enlisés dans le chômage, et le chômage de longue durée. Quand ils trouvent un emploi, il est aussi de moins bonne qualité » a souligné Bruno Pépin de la Direction de l’Emploi dans la région (DIRECCTE). Des talents qu’il serait dommage de voir partir ailleurs : « parlons franchement, ce sont des jeunes souvent bilingues français-arabe et ils sont recrutés au Canada pour devenir commerciaux au Maghreb. Pourquoi on ne peut pas faire émerger leurs capacités ? » se demande le maire de Tours Serge Babary. « Il y a un plafond de verre au-dessus de ces jeunes qui n’ont pas confiance en eux. Ils ne se sentent pas attendus » souligne pour sa part le président de la région François Bonneau. « Il faut faire tomber les tabous, l’écosystème a besoin d’être plus ouvert » a complété le président du MEDEF à Tours et dans la région Claude Paris. Il n’y a plus qu’à.

Olivier COLLET

Photos : le témoignage de Marie (ci-dessus) et les soutiens du dispositif Nos Territoires ont des Talents (en dessous).