Tours

Débuts timides pour le marché des Deux-Lions

Certains commerçants ont déjà jeté l’éponge, d’autres sont plutôt optimistes.

Ce mardi c’était le 4ème marché du quartier des Deux-Lions. Le 28ème de la ville, le premier dans ce quartier, le second organisé l’après-midi (hormis celui de Montjoyeux) et avec l’objectif de répondre à une demande des habitants et de dynamiser le commerce sur cette zone un peu sinistrée niveau animations. Lancé en grande pompe par le maire de Tours et la municipalité qui avaient convié tous les élus et leurs amis politiques à prendre un verre ce jour-là, le marché posé sur sa dalle de béton a aujourd’hui changé d’ambiance. C’est calme. Trop calme ?

Croisée avec un caddie bien rempli, une retraitée nous explique « venir pour la première fois » : « c’est beau et agréable et j’ai trouvé presque tout ce que je cherchais. J’habite aux Rives du Cher et nous n’avons pas de marché là-bas alors c’est pratique. » Un peu plus loin, la pâtissière refuse de faire un bilan avant au moins deux-trois mois : « ces dernières semaines il n’a pas fait beau… Il y a eu aussi l’ouverture de Ma Petite Madelaine à Chambray-lès-Tours… » autant de conséquences qui expliquent selon elle que la fréquentation n’est pas encore au rendez-vous.

En face, un des primeurs nous confie aussi son ressenti : « on a bien travaillé pour le 1er marché, puis ça s’est calmé… Il faut du temps pour que les gens prennent de nouvelles habitudes. Ici ils vont souvent à Grand Frais (de l’autre côté du Cher, ndlr) il faut qu’ils comprennent que ce n’est pas le même type de produits et de qualité. » Convaincu que la mayonnaise va finir par prendre, il se base sur son expérience à Montjoyeux : « un marché voulu par les habitants avec un représentant de chaque profession et qui marche bien un an après sa création. » Mais près de lui, certains ne sont pas aussi patients : les vendeurs de vêtements et le fleuriste ont déjà disparu. En revanche un deuxième fromager est arrivé ainsi qu’un boucher, sur les conseils de ses voisins : « je les connais bien, ils m’ont dit que c’était sympa. »

En fait ce que les commerçants pointent comme souci, ce n’est pas tant la fréquentation calme, ils ont conscience qu’il faut laisser aux habitants des Deux-Lions un peu de temps pour apprivoiser les lieux et se mettre à faire leurs courses en sortant du travail (les étals sont ouverts de 16h à 19h mais ça se densifie vraiment vers 17h30-18h selon les témoignages recueillis). Non, leur problème, c’est le manque de communication de la part de la ville : « il n’y a rien eu de fait auprès des entreprises du secteur » nous confie l’un d’eux. Et un autre explique : « une cliente croyait que c’était un marché saisonnier, juste pour l’été. » Pour se sentir moins seuls, ils appellent donc à la mise en place au plus vite d’animations sur la place pour attirer le public… Au risque de voir de nouveaux emplacements vides.

Olivier COLLET

La réponse de la ville :

Julien Alet, adjoint de quartier, affirme qu'une communication a été faite : "la SET a prévenu toutes les entreprises du quartier, j'ai du mal à croire que cela n'a aucun effet. Tous les habitants des Deux-Lions ont reçu un tract prévenant de l'ouverture d'un marché dans leur boîte aux lettres, la presse a relayé l'information... Il faut davantage de temps pour vraiment pouvoir évaluer objectivement ce marché." Il ajoute par ailleurs "étudier" la demande d'animations avec le service commerce.