Tours

Fabrice Lucchini, Shakespeare, Benjamin Biolay... au Grand Théâtre de Tours

L'Opéra a présenté sa saison 2016-2017.

Une nouvelle ère s'apprête à s'ouvrir au Grand Théâtre de Tours. Benjamin Pionnier en a pris la direction, et le chef d'orchestre s'est exprimé pour la première fois vendredi dernier sur la scène de l'Opéra, devant le public, également invité à prendre place sur scène, face à la salle "mais avec beaucoup moins de projecteurs dans les yeux que n'en ont habituellement les artistes. Les musiciens arrivent à peine à voir le chef d'orchestre" s'amuse le nouveau directeur des lieux qui en a déjà bien pris possession et compte y imprimer sa personnalité dès la rentrée.

C'est un discours vivant et envolé qu'a prononcé Benjamin Pionnier. L'homme arrivé en décembre dernier a envie de s'adresser à tous les publics : "les néophytes et les spécialistes. Je veux créer une complicité." C'est son challenge. Et il sait à chaque fois trouver les arguments pour que l'on prête attention à des spectacles dont on ignore tout.

"Tours c'est une ville au terreau incroyable, Il y a une densité d'acteurs culturels incomparable" estime aussi le musicien qui va notamment pouvoir s'appuyer sur l'orchestre symphonique de la région Centre-Val de Loire basé ici et qui a contacté nombre de ses amis et connaissances de renommée parfois internationale pour mettre au point une programmation remplie de premières et comprenant aussi une large part de dates réservées à de jeunes artistes en pleine ascension + 18 rendez-vous jeune public.

Au total, "il y aura près de 90 levers de rideau" pendant la saison 2016/2017 et même des partenariats avec d'autres structures : Théâtre Olympia, Musée des Beaux-Arts ou Cinémathèque (comme avec un projet baptisé Shakespeare 2016 par l'orchestre symphonique doublé d'une projection de Beaucoup de bruit pour rien, le tout en décembre).

Le 16 septembre, l'année s'ouvrira par un concert lyrique exceptionnel d'Annick Massis, soprano.Pour les fêtes de fin d'année (24 au 31 décembre), on découvrira Le Pays du Sourire de Franz Lehar, "opérette romantique en trois actes qui n'a pas été jouée depuis 20 ans", datant de 1929, créée à Berlin, co-produite entre Tours et Avignon. Avant cela en octobre et avec la complicité du Musée des Beaux-Arts, Lucia Di Lammermoor, opéra de 1835 de Gaetano Donzietti sera présenté (c'est une adaptation d'un roman de Sir Walter Scott, La fiancée de Lammermoor). On espère également beaucoup de la sélection d'invités : Fabrice Lucchini le 25 octobre, l'immense Benjamin Biolay pile un mois plus tard ou I Muvrini le 1er avril 2017.

Olivier COLLET

Au fait, l'Opéra ouvre aussi ses portes ce samedi 7 mai lors de la journée Tous à l'Opéra, l'occasion d'en découvrir les coulisses et la préparation d'un spectacle...