Tours

Loïc Vaillant quitte la présidence de l'Université de Tours

Il prend la tête de la Comue, une institution qui regroupe notamment les universités de Tours, Orléans, Poitiers, La Rochelle et Limoges.

Ce 7 avril, c'est le jour des confirmations. Dans un communiqué, l'Université François Rabelais de Tours annonce l'élection de son président Loïc Vaillant au poste de président de la Comue Université Confédérale Léonard de Vinci (c'était le seul candidat), ce qui l'oblige à quitter un peu plus tôt que prévu son poste au Plat d'Etain (il sera prochainement remplacé par Philippe Vendrix dont la nomination est en passe d'être confirmée après un premier vote le mois dernier).

"Regroupement des universités de Tours, Orléans, Poitiers, La Rochelle et Limoges ainsi que de deux écoles d’ingénieurs, l’ISAE-ENSMA et l’INSA Centre Val de Loire, l’université confédérale Léonard de Vinci c'est 86 140 étudiants dont 27 215 en Master et 3 100 préparant un doctorat ; 5754 enseignants-chercheurs et chercheurs avec les organismes de recherche" avance l'université.

Loïc Vaillant tourne ainsi une page après 8 ans de présidence de l'UFR. Son nouveau mandat va durer 4 ans, une période durant laquelle il souhaite « construire ensemble avec les forces multiples et variées de la communauté, une université confédérale innovante et solidaire ».  

"Par la mise en synergie des acteurs, il ambitionne d’améliorer la visibilité internationale tant en recherche qu’en  formation, de favoriser le décloisonnement formation-recherche et les rapprochements géographiques et d’offrir aux doctorants un cadre de formation et des réseaux élargis. L’objectif de solidarité doit permettre la mise en place d’une politique sociale applicable au plus grand nombre, d’accompagner les étudiants boursiers dans leur parcours, de développer la formation tout au long de la vie et de promouvoir l’égalité femme/homme" ajoite l'Université.

Loïc Vaillant démissionnera de ses fonctions de Président de l’université de Tours, ce vendredi 8 avril.
Autres objectifs pour lui désormais :
- La création d’écoles doctorales communes de la Comue,  pour assurer une meilleure formation des étudiants et renforcer l’attractivité de nos écoles doctorales ;
- La mise en cohérence des formations professionnalisantes sur le périmètre de l’université confédérale
- Le développement des innovations pédagogiques privilégiant les usages du numérique (formations à distance, plateformes de travail collaboratif, MOOCs, SPOCs...) ;
- L’accréditation d’une offre de formation spécifique de niveau Master tourné vers l’international ;
- La mise en synergie des actions visant le développement de l’entreprenariat étudiant ;
- Le développement des services aux étudiants ;
- La délivrance du doctorat par l’université confédérale en lieu et place des établissements fondateurs ;
- La mise en place d’une signature unique des publications scientifiques.

Photo : David Darrault.