Tours

Un millier de personnes et des clowns contre la loi Travail à Tours

Le mouvement reste mené par les étudiants.

Occuper le terrain politique et médiatique pour faire durer le mouvement contre la loi Travail et ne pas relâcher la pression alors que le texte est présenté ce jeudi en conseil des ministres : voilà l'enjeu pour les Tourangeaux mobilisés contre le projet du gouvernement, et déterminés à en obtenir le retrait "sinon rien" insiste une jeune femme en psychologie.

Toujours soutenus par les syndicats tels la CGT et Solidaires ou des partis comme Lutte Ouvrière, le NPA et les Jeunes Communistes, ils ont organisé une nouvelle grande manifestation ce jeudi matin à partir de la place Anatole France à 10h30. On y comptait facilement un petit millier de personnes, 700 à 2 000 selon les différentes estimations.

Avant le départ, distribution générale de tracts pour réviser les slogans : "ça ne sert à rien de crier sans savoir" explique la militante qui sillonne la foule. El Khomri, Valls et compagnie sont ciblés, ainsi que le Medef. Aux côtés des étudiants, pas mal de retraités venus grossir les rangs mais peu de salariés. Ils seront sûrement plus nombreux jeudi prochain dès 10h Place de la Liberté. Ce jour-là, non seulement il y aura manifestation mais en plus il y a un appel à la grève de lancé.

D'ici là, les jeunes des Tanneurs poursuivront leurs actions et assemblées générales quotidiennes pour débattre du texte et préparer des actions : "Tours fait partie des villes les plus mobilisées. Avec le temps, il y a un peu moins de monde mais toujours un noyau très actif" précise une manifestante. Ils sont aujourd'hui nombreux à mixer entre cours et analyse de la loi et du marché du travail, pas question de trop négliger l'un au profit de l'autre, pour l'instant.

Quelques photos du cortège de ce matin avec notamment un bataillon de clowns revendicatifs, stricts comme à l'armée mais qui dansaient à la folie au rythme des chansons revendicatives...