Tours Agglo

Carrefour St-Pierre-des-Corps : des salariés inquiets pour leur avenir

Ils redoutent ses suppressions de postes.

Carrefour est un géant de la grande distribution en France, et dans le monde. La chaîne de magasins, qui dispose de nombreux points de vente à Tours et en Touraine (avec les enseignes Carrefour Contact, Carrefour City, Carrefour Market) est aussi dans l’actualité nationale depuis quelques jours et l’annonce d’un vaste plan d’économies, entraînant notamment la fermeture de 273 magasins (aucun en Indre-et-Loire).

30 postes d’hôtesses de caisses supprimés ces dernières années aux Atlantes

Ce jeudi, les salariés étaient appelés à se mobiliser via une grève nationale et une manifestation devant le siège du groupe à Massy, en région parisienne, et ce afin de dénoncer les 2 400 suppressions de postes envisagées par le groupe. 67 salariés de l’hypermarché des Atlantes de St-Pierre-des-Corps devaient participer à ce rassemblement à l’appel de leur syndicat majoritaire, FO. Ils devaient partir ce jeudi matin dans deux bus, et certains autres (une dizaine) comptaient suivre le mouvement sans faire le déplacement mais ce dernier a finalement été reporté au 1er mars en raison des intempéries. Intéressons tout de même aux symptômes...

A Carrefour St-Pierre-des-Corps (312 salariés), la dernière grève remonte à 2009. Dans le magasin, l’impact du plan d’économies national sera limité (1 poste à temps complet sera supprimé au service comptabilité, ainsi que celui d’une personne travaillant 22h dans le cadre d’une centralisation de ces métiers au siège). Malgré tout, la responsable Force Ouvrière Magalie Marquès fait part de son inquiétude et de celle de ses collègues : « on a des craintes pour l’avenir de nos emplois. On a peur d’un impact plus tard sur des postes de vendeurs pour les rayons télé et hifi par exemple. Si l’on automatise trop les caisses, on finira par perdre les hôtesses et on le redoute quand on voit que des concurrents envisagent des concepts de magasins où tout est automatique. Avant la mise en place des caisses robotisées, on avait 110 hôtesses. Il y en a 80 aujourd’hui. Les départs en retraite ne sont pas remplacés. »

Des pertes d’avantages sociaux dans le futur ?

Selon FO, qui a demandé une étude, dans un avenir plus ou moins proche c’est un total 10 000 postes qui pourraient être impactés dans le groupe Carrefour : « les superficies des magasins pourraient se réduire. Il faudra bien mettre les employés quelque part ou s’en séparer. Aujourd’hui on parle de vie numérique, de nouvelles technologies. Il faut se mettre dans l’air du temps mais pour nous ce n’est pas que du bon. Le plus important c’est de sauvegarder l’emploi » souligne Magalie Marquès.

Si les échanges ont toujours cordiaux avec la direction locale, « aujourd’hui nous sommes moins sereins » affirme la représentante du personnel. Elle redoute par exemple que le magasin des Atlantes finisse par céder à la mode de l’ouverture le dimanche matin (comme Auchan dans l’agglo) ou, pire, que le groupe Carrefour s’en sépare au profit d’une location-gérance, une sorte de franchise, « dans ce cas au bout de 15 mois les salariés perdent les bénéfices de la convention collective de Carrefour et se retrouvent avec celle de la branche qui est bien moins avantageuse. A Montluçon, ils ont perdu 2 mois et demi de salaire. » Et Magalie Marquès de conclure : « même si on nous dit que nous ne sommes pas impactés, la crainte est quand même là. » D’autres mobilisations sont donc envisageables, en local ou au niveau national.

Olivier Collet