Tours Agglo

Joué-lès-Tours : les messages envoyés par Frédéric Augis

Lors de la cérémonie des voeux de la ville.

Le mois de janvier et ses cérémonies des voeux, est traditionnellement une période importante pour les élus. Ce mardi soir, c'était Frédéric Augis, le maire de Joué-lès-Tours qui se prêtait à cet exercice dans un Espace Malraux rempli. Un moment de communication institutionnelle et politique qui est toujours l'occasion de mettre en avant l'action municipale, les réalisations faites, évoquer les projets à venir, mais aussi de délivrer quelques messages...

Lire également : les projets qui verront le jour en 2018

Que retenir de cette cuvée 2018 des voeux du maire de Joué-lès-Tours ?

Côté pile, les éléments désormais classiques qui reviennent un peu comme la galette des rois à la même période, avec en guise de mise en bouche ceux qui font plaisir à l'assistance : pas de hausse des impôts, augmentation de 1% pour les subventions aux associations... Autre classique devenu tendance ces dernières années : la sécurité. Et là Frédéric Augis de rappeler qu'il allait poursuivre la politique menée jusque-là : augmentation du nombre de policiers municipaux pour arriver à 40 en fin de mandat (34 aujourd'hui) et hausse du nombre de caméras de surveillance. A noter également le recrutement d'un directeur de la sécurité et de la tranquilité publique.

Aux autres rayons des classiques répétés depuis 2014, citons également l'investissement "soutenu, maitrisé car planifié" et "envié par d'autres villes" ou encore le commerce "qui renaît peu à peu"... A ce stade là, les voeux 2018 ressemblent comme deux gouttes d'eau à ceux de 2017. (relire notre article paru l'an dernier)

Tupperware mais aussi Michelin en sujets chauds...

Oui mais ces voeux 2018 ne pouvaient pas être ordinaires au vu de l'actualité. Et c'est attendu sur le sujet, que Frédéric Augis s'est ainsi exprimé sur l'actualité de Tupperware sur la commune, en présence d'une délégation des salariés présents et applaudis par la salle. "Tupperware Joué-lès-Tours est une usine d'excellence en Europe qui a été sacrifiée par la maison mère d'Orlando, c'est une délocalisation" s'est ainsi exprimé le maire qui a renouvellé son soutien et celui de la ville envers les salariés. Pour autant pas question de faire de promesses non réalisables : "Je pourrai vous dire que je vais empêcher la fermeture du site mais quelles sont nos chances de faire plier un géant industriel ? Ce que je souhaite puisqu'ils veulent partir de Joué-lès-Tours c'est qu'ils le fassent avec élégance en acceptant un plan de sauvegarde digne de ce nom et qu'ils facilitent la reprise du site".

Tupperware, une nouvelle cicatrice industrielle sur la commune jocondienne qui n'a pas fini de panser la plaie ouverte par Michelin en 2013. Une autre entreprise ayant sacrifié plusieurs centaines d'emplois (706) et à qui le maire de Joué demande des comptes : "Depuis juin 2013 beaucoup de choses ont été dites sur le site Michelin. Si l'entreprise a bien recréé 720 emplois correspondant au nombre de salariés licenciés, pour moi le compte n'y est pas car seuls 60 l'ont été sur Joué-lès-Tours. De plus, 23 hectares restent à revitaliser. Aujourd'hui Michelin a proposé des projets allant de la piste de karting à un bowling ou encore un cinéma ou un centre commercial, mais ce que nous voulons c'est de l'activité économique, industrielle et tertiaire. Nous pouvons accueillir de belles entreprises sur un site viabilisé qu'il faut dès maintenant aménager dans son ensemble et non à la découpe comme Michelin peut le proposer actuellement sur le site seloger.com". Une sortie offensive et publique loin d'être anodine alors que le plan de revitalisation du site entre Michelin et l'Etat doit prendre fin en juillet prochain.

Relire à ce sujet nos précédents articles.