Tours Agglo

Un tunnel de 620 mètres sous la Loire

Une prouesse technique financée par Tours Métropole.

Plongeant 4 mètres sous la Loire au niveau du pont de Saint-Cosme, entre La Riche et Saint-Cyr-sur-Loire, le tunnel financé par Tours Métropole et réalisé par la société Sade faisait la fierté de Bertrand Ritouret, vice-président de la Métropole et Philippe Briand, son président, ce vendredi matin. Venus présenter la réalisation à la presse et aux partenaires, les deux élus se montraient en effet enthousiastes. Il faut dire que le percement de ce tunnel sous le fleuve, via un micro-tunnelier est une première en France à plusieurs niveaux.

D'une longueur de 620 mètres, il a nécessité l'assemblage de 2600 tuyaux en béton armé de 3 mètres de long et 2,20 mètres de diamètre extérieur (2,20 m en diamètre intérieur) amené les uns après les autres par un système de poussée pour former la galerie du tunnel.

Celle-ci abrite les canalisations d'eaux usagées venant du nord de l'agglomération pour les amener vers la station d'épuration de la Grange David à La Riche. Cet acheminement était le point de départ du projet. Jusque-là les eaux usagées circulaient en effet par deux canalisations extérieures, le long du pont du périphérique. Des canalisations devenues obsolètes, voire poreuses.

L'idée qui fait la fierté aujourd'hui des élus, avoir été plus loin que le simple remplacement des canalisations existantes. En effet, puisqu'il fallait construire un tunnel, les services de Tours Métropole ont réfléchi à l'optimiser. Aujourd'hui, outre les canalisations (de plus grande capacité qu'auparavant) d'eaux usagées, on y trouve également une canalisation d'eau potable mais encore 5 fourreaux pour la fibre, que Tours Métropole souhaite développer à l'ensemble de son territoire.

Autre fierté chez Bertrand Ritouret et Philippe Briand, la prouesse technique de la réalisation de ce tunnel. Avec plusieurs contraintes comme le sol meuble sous la Loire, mais aussi la proximité des ponts ferroviaires et périphérique, la réalisation de ce tunnel a nécessité des techniques innovantes. Il a ainsi fallu former une courbe de 320 mètres pour s'éloigner du pont ferroviaire et de ses fondations, mais aussi jouer sur la profondeur. Empruntant 3 niveaux altimétriques, le tunnel plonge ainsi de 4 mètres de profondeur côté La Riche pour arriver à 10 mètres sous le sol à Saint-Cyr-sur-Loire.

D'un coût de 7 millions d'euros financé pour moitié par la Métropole et par l'Agence Mondiale de l'Eau pour l'autre moitié, ce tunnel entrera en fonction au printemps prochain. Du côté de la Métropole, on évoque même l'idée de pouvoir l'ouvrir de temps à autres à des visites, pour des occasions spéciales.