Tours Agglo

Classes de CP dédoublées : à St-Pierre-des-Corps, des cours dans des containers en bois

Deux nouvelles classes seront aménagées dans la cour de l’école Henri Wallon.

A la rentrée, 8 classes de CP situées à Joué-lès-Tours et St-Pierre-des-Corps vont être dédoublées car elles sont en zone d’éducation prioritaire « REP+ ». Du coup, les élèves seront répartis dans 15 classes où les professeurs auront au maximum 14 enfants face à eux. C’est la première mesure phare pour l’éducation annoncée par le président Macron et son ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer (en plus de la liberté laissée aux communes pour les rythmes scolaires).

Le petit souci avec l’entrée en vigueur de cette disposition, c’est que les communes doivent s’adapter. On l’a vu, Joué-lès-Tours a eu de la chance : il restait des salles disponibles à Rotière et Mignonne. A St-Pierre-des-Corps, c’est plus complexe. « Pour une école, Marceau-Courier, on n’a pas de soucis à part qu’il faut acheter du nouveau mobilier et du matériel. En revanche c’est plus difficile pour l’école Henri Wallon qui compte près de 300 élèves dont 182 en primaire » explique l’adjoint au maire en charge de l’éducation, Jean-Marc Pichon

L’élu précise : « l’établissement a été détruit dans un incendie puis reconstruit à partir de 2005. A cette époque-là, la ville de St-Pierre-des-Corps avait préconisé un certain nombre de classes mais l’ANRU (l’agence nationale chargée de la rénovation des quartiers, ndlr) et l’agglomération avaient dit non. Que c’était trop grand, que la population stagnait… Elle avait donc amputé le projet de deux classes. » Mauvais choix : « depuis la rentrée 2016, on est à l’étroit car il n’y a pas eu de baisse des naissances, et même une reprise. L’école est pleine » note Jean-Marc Pichon.

Alors, depuis quelques mois, la municipalité cherche comment régler le problème : « on a trouvé des classes modulaires, qu’on appelle aussi des containers. Ce ne sont pas des boîtes en ferraille comme on en trouve sur les bateaux mais des constructions en bois équipées du chauffage et de la climatisation. A l’œil c’est plutôt beau » assure Jean-Marc Pichon qui a validé l’achat de deux salles de classes à 80 000€ pièce, 160 000€ au total, donc. Elles seront mises en place dans la cour de l’école, sans trop empiéter sur l’espace dédié à la récréation car ce dernier est très grand.

« Un premier container sera livré pour la rentrée mais le second ne sera disponible qu’aux environs des vacances de la Toussaint » poursuit l’adjoint au maire, ce qui va donc retarder un peu un dédoublement de CP. « Mais après on aura ce qu’il faut et ce sera confortable. » Sauf qu’il faudra sans doute encore agrandir l’établissement rapidement, le gouvernement envisageant aussi de dédoubler les classes de CE1 dans les zones REP+, et ce dès la rentrée 2018 : « on lance donc des démarches pour agrandir définitivement l’école de deux classes dans le prolongement du bâtiment actuel. On avait gardé le terrain » annonce Jean-Marc Pichon. Et si Henri Wallon n’a plus besoin des classes modulaires, elles pourront être réutilisées dans une autre école voire pour d’autres besoins.

Soutien du président la République, Jean-Marc Pichon voit par ailleurs plutôt d’un bon œil cette mesure pour faciliter l’apprentissage de la lecture et de l’écriture ajoutant toutefois : « il faudra l’évaluer. » Il souhaite par ailleurs prendre son temps pour un éventuel retour à la semaine de 4 jours dans les écoles de St-Pierre-des-Corps : « on est en pleine période d’évaluation de la semaine de 4 jours et demi. On a envoyé un questionnaire aux enseignants, aux agents spécialisés, aux familles… On veut savoir comment s’organise le temps des enfants dans la semaine, comment cela a évolué depuis notre dernière étude il y a 4 ans. Et puis avec cette réforme, des habitudes ont été prises, une organisation de travail mise en place, des personnes embauchées pour travailler sur les activités. Certaines complètent un temps partiel avec ces missions. On ne peut pas leur dire au revoir comme ça. La question est donc posée mais on attend l’analyse des études. On ne peut pas démonter tout cela du jour au lendemain. »

Dans la commune, le coût des TAP est estimé à 200 000€ (hors charges de fonctionnement des bâtiments). Une somme qui sera en bonne partie couverte par une subvention exceptionnelle de l’Etat aux mairies les plus défavorisées. Celle-ci s’élèvera à 90€ par élève (contre 40€ actuellement) soit environ 150 000€ (St-Pierre-des-Corps a 1 700 enfants scolarisés dans le public).

Olivier COLLET