Tours Agglo

Vives réactions après une agression au guichet SNCF de St-Pierre-des-Corps

Une employée de la SNCF a été prise à partie par un client.

Ce mercredi, les guichets SNCF de Tours et St-Pierre-des-Corps sont restés fermés. C'est la conséquence de ce qu'il s'est passé mardi après-midi en gare de St-Pierre-des-Corps : l'employée de la SNCF qui assurait la permanence auprès des voyageurs a été vivement invectivée par un des usagers. Une agression qui a fait réagir les syndicats cheminots, la CGT appelle à un rassemblement à 17h ce vendredi 3 mars devant la gare de St-Pierre-des-Corps.

Dans un communiqué, le syndicat dénonce l'attitude de la SNCF : "la direction par son souci de rentabilité au mépris de sa mission de service public porte l'entière responsabilité de l'agression. La dégradation des services publics entraîne des attitudes agressives de la part des usagers et un épuisement des salariés."

La CGT fait référence à la grande restriction des horaires d'ouverture des guichets par la SNCF à St-Pierre-des-Corps : il n'en reste qu'un depuis quelques semaines, et seulement à partir de midi. Une décision déjà dénoncée vivement par la région Centre-Val de Loire qui a exigé le maintien de ce dernier guichet lui aussi menacé au départ.

A noter que la SNCF a, suite à l'événement de mardi, décidé d'ouvrir un second guichet l'après-midi en attendant de définir une nouvelle organisation de travail. Insuffisant pour les syndicats. 

La maire de St-Pierre-des-Corps Marie-France Beaufils a aussi réagi faisant part de son inquiétude : "cet incident démontre que la fermeture de six des sept guichets, associée à la réduction de l'amplitude d'ouverture, met à bout la patience d'usagers dont le temps d'attente va jusqu'à trois quarts d'heure à une heure. Cette situation met également les agents face à des difficultés incompatibles avec une bonne réception du public.

La réponse à ses courriers adressés à la direction de l'entreprise, en termes de statistiques, ne justifie pas une telle réduction des moyens humains. Des usagers, y compris sachant utiliser internet, ont besoin de l'accueil au guichet. Il arrive aux automates d'être défaillants ; et ces automates ne reconnaissent pas toutes les cartes de paiement.

La sénatrice-maire demande une nouvelle fois à la SNCF de revoir sa décision et de mettre les moyens humains nécessaire à l'ouverture d'un nombre de guichets à la hauteur des besoins des usagers."