Tours Agglo

TRUMP : Quand une élue FN tourangelle relaie une intox

Le tweet du jour d'Info-Tours.fr.

A 3 mois du premier tour de la présidentielle, tout est bon pour taper sur François Hollande et les socialistes quand on rêve de prendre leur place au pouvoir. C'est le cas de quelques figures de la droite et de l'extrême droite qui se sont engouffrées en bloc dans une jolie intox ce lundi 9 janvier... Y compris ici, en Touraine.

Tout commence par un article du Figaro dont beaucoup ne semblent avoir lu que le titre (un phénomène en pleine expansion ces derniers temps...). Ce dernier, peut-être un peu trompeur, est le suivant : "La France n'enverra pas de délégation à l'investiture de Donald Trump". SCANDALE ! NOTRE PAYS BOYCOTTE LE NOUVEL HÔTE DE LA MAISON BLANCHE !!! Sauf que dès les premières lignes, le journaliste est limpide : "Aucun responsable politique français n'assistera dans la tribune officielle à l'investiture de Donald Trump le 20 janvier prochain à Washington. Ainsi le veut la coutume d'un événement essentiellement national - épargnant sans doute bien des états d'âme au gouvernement socialiste de François Hollande."

Oui mais voilà, Eric Ciotti (Les Républicains) ou Bernard Monot (FN) se sont empressés de faire part de leur colère sur Twitter, estimant que cette absence était un moyen pour l'Elysée de montrer son hostilité à l'égard du président élu alors que, dans le même temps, Paris avait envoyé Ségolène Royal pour les funérailles de Fidel Castro (un voyage qui a fait polémique, mais surtout à cause des propos de la ministre sur place). Le raisonnement est facilement compréhensible de tous, il se résume en 140 caractères, idéal pour être partagé : "Aucun politique français n'assistera à l'investiture de #Trump, pour eux c'est plus "digne" de se recueillir devant le sanguinaire #Castro!" s'emporte ainsi le frontiste Monot. Avec plus de 100 retweets, c'est un succès. Pour une grosse bêtise (Libérationrefait très bien le film de l'histoire et Le Lab d'Europe 1 en a remis une couche ce mardi).

Et qui est tombée dans le panneau ? L'élue FN de Joué-lès-Tours Véronique Péan qui, sur Twitter, a rajouté son petit commentaire : "Les socialistes nous font honte ! Qu'ils s'en aillent... Vite #Marine2017". Sauf que, au cas où vous n'auriez pas encore compris (quand même, là, on en doute), Marine Le Pen présidente n'aurait sans doute pas plus été invitée à Washington que Françols Hollande (on utilise le conditionnel, c'est plus prudent...).

On vous en a mis quelques liens en exemple ci-dessus, plusieurs articles ont donc été publiés pour informer de cette fausse polémique qui circulait. Sauf que l'on est pas dupe. On sait bien que les mensonges se partagent beaucoup plus vite et beaucoup plus largement que les vérités. Et que raconter des énormités n'empêche plus forcément d'être élu, la preuve d'ailleurs avec l'arrivée au pouvoir de Donald Trump. La boucle est bouclée. Ceux qui se voient bien au pouvoir s'inspirent de ce qui marche ailleurs. Ca ne veut pas dire qu'ils en prennent le meilleur...