Tours Agglo

Crues : pas de retour à la maison généralisé à La-Chapelle-aux-Naux

Mais les évacués du hameau d'Husseau peuvent rentrer chez-eux.

Le plus dur semble passé mais l'Indre-et-Loire n'est pas encore tirée d'affaire. Ce lundi soir, la préfecture a fait un nouveau point sur les risques d'inondations dans le département, toujours placé en vigilance orange. La Loire, l'Indre et la Vienne ont tous débuté leur décrue, forte pour la Vienne, nette pour l'Indre, plus lente pour la Loire. Le Cher reste lui à un niveau très élevé mais en légère baisse (4m89 à 19h à Tours, 10cm de moins en 24h).

Du coup, à Villandry, la digue reste sous tension ce qui ne permet pas aux évacués ces derniers jours de regagner leur domicile à Villandry et La-Chapelle-aux-Naux (plus de 800 personnes). Toutefois, à La-Chapelle-aux-Naux, le préfet a accepté la demande du maire et autorise une personne par foyer à rentrer à condition de se signaler et d'être joignable en permanence en cas d'alerte. La digue est ainsi surveillée 24h/24 et pour l'instant "aucun désordre majeur n'a été constaté" selon les autorités qui ont un nouveau point avec les maires concernés dans la journée (Vallères, Villandry, La-Chapelle-aux-Naux, Montlouis-sur-Loire...). A Montlouis, la situation s'améliore et 23 personnes peuvent désormais regagner leur logement mais une surveillance est maintenue.

Concernant l'eau, elle reste non potable à Véretz et Azay-sur-Cher impliquant de nouvelles distributions de bouteilles ce lundi de 17h à 19h en face de la caserne des pompiers d'Azay et sur le parking de la salle Bizeau à Véretz. Ailleurs dans le département, la distribution d'eau n'est pas perturbée.

Les écoles de Nazelles-Négron et Bréhémont resteront fermées ce mardi. Plusieurs circuits de transports scolaires ne seront pas assurés (autour de Bléré notamment). Les détails pour la circulation sur www.departement-touraine.fr.

Dans la matinée, la FDSEA37 nous faisait également savoir que plusieurs animaux étaient toujours bloqués par les eaux et que des interventions étaient en cours avec les pompiers pour les secourir. Paniqués, certains se sont noyés.

Les agriculteurs vont demander le classement en calamité agricole et une aide exceptionnelle de l'Etat car les récoltes de foin sont détruites et la plupart du temps non assurées ce qui ne permettra pas aux éleveurs de trouver facilement de la nourriture pour leurs troupeaux dans les prochains mois et cet hiver, un problème de plus après la crise de l'élevage ces derniers temps.

Le président du syndicat Dominique Malagu en appelle à la solidarité des agriculteurs pour trouver du foin à bon prix, sachant très bien que d'autres régions ont subi des pertes ou que, à cause de la pluie, la récolte n'est pas d'excellente qualité. Concernant les céréales (maïs, blé...), il y aura aussi des conséquences mais les récoltes sont plus souvent assurées.

Enfin, le Conseil Régional annonce la mise en place d’un Fonds d’Urgence Solidarité d’1 million d’euros, qu’il proposera au plus vite au vote des élus régionaux. La région ajoute dans un communiqué qu'elle "propose que les Contrats Régionaux de Solidarité Territoriale (Contrats de Pays / Contrats d’Agglo) puissent être réorientés pour prendre en compte les dégâts subis par les équipements publics, associatifs…"

De plus, "concernant les artisans, commerçants, PME, agriculteurs, François BONNEAU fera le point sur les préjudices subis dès ce mercredi 8 juin après-midi, avec les Chambres Consulaires, et proposera la mobilisation totale des différents outils en faveur des acteurs de l’économie.

La Région, aux côtés du Rectorat, propose également des solutions d’hébergement dans les internats des lycées du territoire régional, aux lycéens et apprentis dont les domiciles ont été sinistrés et à ceux dont les internats ont été évacués. Les familles intéressées peuvent adresser un courriel à intemperies@ac-orleans-tours.fr."
 

Photo : Delphine NIVELET.