Tours Agglo

Faut-il vraiment construire une grande halle à Fondettes ?

Des opposants au projet demandent un référendum auprès des habitants.

C’est le grand projet du jeune maire de Fondettes Cédric De Oliveira : installer une grande halle dans le cœur historique de la ville afin d’avoir un centre « digne d’une ville de 11 000 habitants. » La Rue de l’Aubrière est donc destinée à changer radicalement de visage pour « renforcer l’attractivité des lieux en offrant des espaces de promenade, de jeux et de détente pour tous, insuffler une nouvelle dynamique aux commerces de proximité et proposer une programmation culturelle de qualité. » Un projet que la commune assure « d’une grande qualité architecturale et environnementale. »

L’idée : une grande halle pour le marché qui a lieu deux fois par semaine (notamment le dimanche) et qui pourra aussi accueillir des événements culturels et festifs (600 personnes assises et 800 debout), un jardin botanique avec aire de jeux pour les enfants et quelques animaux de la ferme, un large parvis et sa fontaine et une circulation repensée pour laisser plus de place aux piétons et aux vélos. Tout ça à la place du parking d’aujourd’hui prolongé par un petit parc ombragé un peu tristounet. Ambition finale : « un grand mail arboré » de 15 000m² au total pour un budget de 2 755 000€ (900 000€ financés par la ville) qui devrait se construire pendant un an dès fin 2016. Une exposition présentant le détail du chantier est prévue en mairie dès ce mardi 17 mai.

Ceci étant dit, à Fondettes, un collectif de trois associations pense bien du mal de ce projet qu’il juge disproportionné voire carrément inutile. « Le marché accueille entre 10 et 15 commerçants qui n’ont pas besoin d’une halle aussi grande. La moitié suffirait. On risque en plus de leur imposer plus de normes sanitaires » s’inquiètent  Hervé Sabiaux (Groupe de Réflexion Indépendant Fondettois), Sylvain Magnien (Agir pour Fondettes) et Jacques Gaillard (Vivre à Fondettes), déjà mobilisés lors des dernières élections municipales de 2014 face à Cédric De Oliveira.

Pour faire pression sur la municipalité, le trio a lancé une pétition déjà signée par 750 personnes : « aujourd’hui il y a 125 places de parking. Suite au nouvel aménagement il y en aura 140 mais ce ne sera pas assez si la halle est pleine. Il en manquerait au moins 100. La halle étant ouverte, on ne pourra jamais y organiser d’expositions car les œuvres ne seront pas en sécurité. Ce sera une salle de spectacle non chauffée, ouverte à tous vents. Et les éventuels concerts demanderont beaucoup de temps de montage et de démontage aux agents, parfois en pleine nuit ce qui occasionnera des nuisances pour les riverains. » Le seul point qui leur plait c’est la création de la Maison de la Jeunesse agrémentée d’une bibliothèque sur un côté de la place.

En fait, les représentants associatifs plaident plutôt pour une rénovation de l’existant, par exemple de la salle de l’Aubrière, non loin de là. Ou alors pour la construction d’une salle communautaire aux Grands Champs. « Ici c’est la dernière place libre de la ville… Le week-end les gens viennent jouer à la pétanque sur le terrain.. » Estimant que la concertation vantée par la mairie n’a pas été assez large (seulement auprès des riverains), ils veulent organiser une consultation publique voire un référendum pour juger de la réelle pertinence du projet.

Olivier COLLET