Indre-et-Loire

Qu'est-ce qu'on a eu chaud aux Kampagn'Arts !

Qu'est-ce que c'était bien, aussi.

Traverser la rivière, croiser des gens qui se baignent, marcher au pied des maisons puis dompter le labyrinthe qui emmène jusqu'à la plaine, sous les arbres... Petit parcours d'initiation avant de mettre les pieds aux Kampagn'Arts qui animent follement bien Saint-Paterne-Racan le temps d'un week-end.

Ce samedi soir, Hocus Pocus était clairement tête d'affiche de la deuxième et dernière date de cette édition 2019 : il y avait énormément de monde devant la scène principale pour assister au retour du groupe. Pas question de louper des chansons que tout le monde voulait entendre en live dans la campagne tourangelle.

Et pourtant, aux Kampagn'Ars, les attractions ne manquent pas : des douches pour se rafraîchir quand le soleil tape encore bien fort, un DJ tout près des WC pour attendre dans la bonne ambiance (ou reste danser un peu après), un blind test dans une petite maison recouverte de vinyles... Difficile de s'ennuyer malgré le changement de plateau conséquent entre le départ d'Hocus Pocus et l'arrivée de Systema Solar sur la scène Piscine : une énergie communicative pour danser quand la fraîcheur de la nuit permet plus de folies.

Plus tôt l'humoriste-chanteuse Giedre a débité ses petits airs mièvres aux teintes gentiment trash puis Elephanz a assuré avec une grosse ambiance sur la scène Rivière, pour un public calé sous les arbres ou déjà bien motivé pour bouger avec le groupe et ses tubes que tout le monde connait. Tout ce qu'il faut pour profiter de son samedi soir... Mentions spéciales à la déco, aux sourires du public, de quoi faire oublier les petites bêtes qui grattent. Plaisir de la campagne et d'un site naturel verdoyant.

Les photos de Pascal Montagne :