Indre-et-Loire

Risque de gel : nouvelle nuit blanche pour les vignerons d’Indre-et-Loire

Ils stressent encore pour la nuit de dimanche à lundi.

Des craintes puis du soulagement : c’est le sentiment ce dimanche matin pour les professionnels tourangeaux du vin. La plupart n’ont pas dormi, inquiets du risque de gel sur l’ensemble du département d’Indre-et-Loire. « Ça ne se joue à rien du tout. On ne peut jamais savoir à l’avance. A 0° on est bien, à -2 on est mort » résume Guillaume Lapaque, notre expert viticole qui signe chaque semaine la chronique La Bouteille du week-end sur 37 degrés.

Finalement, les températures sont restées positives ou ont frisé le zéro. A priori pas de dégâts ce week-end dans le vignoble. Au cas où, les hélicoptères étaient prêts à décoller au-dessus de Montlouis-sur-Loire pour brasser l’air et tenter de le réchauffer au lever du jour. Ils n’ont pas eu besoin de le faire. En revanche un peu partout dans le département, les tours antigel ont été activées et des feux de paille allumés pour créer un écran de fumée entre le sol plus chaud et l’air d’altitude plus froid.

Cette année, c’est déjà la 3ème alerte gel pour les vignerons d’Indre-et-Loire. La nuit du 4 avril a fait mal, avec – selon les estimations – 25 à 30% de récolte perdue. Pas aussi grave que 2016 (ou 2017 dans certains cas) mais tout de même conséquent, surtout que la grêle est venue faire quelques dégâts supplémentaires fin avril.

Les avaries climatiques ne sont sans doute pas terminées… Une nouvelle nuit froide semble s’annoncer ce dimanche soir. Donc mobilisation encore d’actualité pour surveiller le thermomètre et se mettre en action dès qu’il frôle le 0. La période la plus critique c’est au lever du jour, quand le soleil matinal se conjugue au froid avec le risque de griller les bourgeons. Après ça, les températures devraient progressivement remonter.

Photo d'archives.