Indre-et-Loire

Un site web tourangeau rempli d’adresses de rêve au bord de l’eau

Pour dormir, pour manger, pour boire.

Se réveiller et voir la Loire/l’océan/un lac de montagne (rayez les mentions inutiles, les trois à la fois sera compliqué). Ce tableau, vous l’imaginez peut-être souvent en plein sommeil. Puis vous déchantez au réveil en observant un vieil immeuble un peu décrépi ou en rageant contre les voitures qui passent tout près.

Stéphanie a eu le même problème que vous. L’Amboisienne a donc cherché une solution en partant à la conquête des petits coins de paradis de France. Ses critères : de l’eau visible depuis la fenêtre, du charme et du calme. Son portail s’appelle Rives de Rêve et compile des adresses qu’elle a démarchées et visitées, à qui elle propose un abonnement annuel pour figurer sur son portail. Une sorte d’annuaire pour repérer, avant d’aller réserver auprès des professionnels sans autre intermédiaire.

 

D’où est parti votre projet ?

De l’image du fond d’écran de mon ordinateur, une photo au bord du lac, et aussi du Bistro’Quai, l'ancienne maison éclusière au bout d’un chemin et au bord du Cher à Civray-de-Touraine. Je me suis dit ‘comment les gens ont trouvé cette adresse si formidable ?’. Ensuite j’ai rencontré des professionnels du tourisme m’expliquant leurs difficultés à se faire connaître via Internet. De l’autre côté quand je pars en vacances j’ai du mal à trouver ce que je cherche. Quand vous tapez ‘gite bord de mer’ c’est la jungle. Cela manque de filtres pertinents donc avec mes 20 ans d’expérience dans le tourisme je me suis sentie légitime pour me lancer.

Quelle était votre idée de base ?

Déjà sortir du tourisme de masse avec des petits coins secrets, dénicher les belles propriétés ou maisons de pêcheurs sur les sentiers côtiers. Au bord de la mer mais aussi des lacs ou des rivières. On trouve également quelques adresses plus connues mais mythiques comme le Sofitel Quiberon, un 5 étoiles avec un panorama superbe.

Le portrait-robot des lieux que vous recherchez ?

Je suis exigeante avec la vue sur l’eau et l’accès direct. Je peux tolérer un chemin de halage, une petite route ou une impasse mais pas la levée de la Loire parce que le bruit des voitures pollue la vue. Ainsi je cherche en permanence de nouvelles adresses en longeant les cours d’eau avec mon compagnon. Je passe du temps sur Google Maps pour rechercher des pépites : bars, restos, chambres d’hôtes, campings... Tout ça avec accès direct pour pêcheurs, baigneurs... L’idée est d’avoir une déconnexion totale.

C’est cher de dormir au bord de l’eau ?

On peut le penser mais dans le Finistère j’ai trouvé des chambres d’hôtes à partir de 75€ dans un petit paradis. En baie de Somme j’ai aussi une adresse chez un monsieur qui s’appelle Thibault, qui a aménagé tout plein d’hébergements insolites tournés vers l’eau sur un terrain vague dont un avec un lit-canoë quasiment au bord de l’eau, on pourrait presque y mettre les pieds. Et tout près il est possible de se baigner dans un bain russe en pleine forêt.