Indre-et-Loire

La région Centre-Val de Loire doublement représentée à la cérémonie des César

Remise des prix le 22 février.

2018 a été une année exceptionnelle pour le cinéma ligérien : des films soutenus financièrement par la région Centre-Val de Loire sont repartis avec 7 César, grâce notamment au succès critique du film 120 Battements par minute de Robin Campillo.

Pour 2019, le palmarès ne sera pas aussi conséquent mais deux films accompagnés près de chez nous font tout de même partie de la sélection annoncée cette semaine (en attendant la remise des récompenses le vendredi 22 février, lors de la cérémonie présentée par Kad Merad et diffusée sur Canal+.

 

César du meilleur court métrage d'animation :

LA MORT PERE & FILS de Denis Walgenwitz et Winshluss

Pitch : Le fils de la Mort ne veut pas reprendre l'affaire familiale. Il a le rêve secret de devenir Ange gardien... Produit par Je Suis Bien Content, primé dans de nombreux festivals, ce projet a été soutenu à la production et tourné dans les studios de Ciclic Animation à Vendôme dans le Loir-et-Cher.

 

César du meilleur film documentaire :

LE GRAND BAL de Laetitia Carton

Pitch : Ce documentaire de création, présenté en sélection officielle au Festival de Cannes sur un rassemblement de danseurs en pleine campagne dans le centre de la France. Il est produit par SaNoSi Productions, entreprise régionale, soutenue par Ciclic pour son programme d'entreprise.

 

A noter qu'en ce moment, une pétition circule pour que la région Centre-Val de Loire finance plus de longs métrages. "LE GRAND BAL de Laetitia Carton
Ce documentaire de création, présenté en sélection officielle au Festival de Cannes sur un rassemblement de danseurs en pleine campagne dans le centre de la France est produit par SaNoSi Productions, entreprise régionale, soutenue pour son programme d'entreprise" déplore l'Association en Région Centre Val-de-Loire des Comédiens, Ouvriers, Réalisateurs et Techniciens du cinéma et de l’audiovisuel. 

"Les conséquences de cette réforme ont une influence négative sur l’emploi culturel notamment intermittent car le volume de tournages des séries et des téléfilms n’est pas suffisant" écrit-elle sur change.org. Pour l'instant un peu plus de 200 personnes soutiennent cette démarche.