Indre-et-Loire

La préfète d’Indre-et-Loire attend la nouvelle loi sur l’asile et les migrations

Pour faciliter les reconduites à la frontière des déboutés du droit d’asile.

C’est un texte de loi qui n’est pas encore débattu mais déjà très critiqué, jusque dans la presse (la dernière Une de L’Obs, par exemple) : le projet de loi sur l’asile et les migrations est attendu fin février en conseil des ministres. Ce dimanche dans Aujourd’hui en France, le ministre de l’intérieur Gérard Collomb en a résumé l’esprit : « la France doit accueillir les réfugiés, mais elle ne peut pas accueillir tous les migrants économiques » a résumé le locataire de la Place Beauveau.

En Indre-et-Loire, la préfète Corinne Orzechowski semble sur la même longueur d’onde… La représentante de l’Etat dans le département affirme qu’elle sera « attentive » à ce que les étrangers déboutés de leur demande d’asile et en situation irrégulière dans le département « soient reconduits dans le premier pays européen où ils ont posé le pied ou dans leur pays d’origine. » Selon elle, « il y a beaucoup de difficultés » à expulser ces personnes aujourd’hui, elle souhaite donc que « des moyens juridiques supplémentaires » soient donnés aux préfectures, « pour que cela soit plus facile. C’est normal. Il faut nous donner les moyens d’appliquer les décisions de justice rendues parfois après plusieurs années de procédures. » Elle plaide donc pour des délais de gardes à vue rallongés, le temps d’obtenir les laissez-passer de la part des pays d’origine des ressortissants interpellés.

Toujours plus de mineurs isolés

En parallèle, Corinne Orzechowski affirme mesurer l’ampleur de la tâche pour faciliter l’arrivée des personnes ayant obtenu l’asile en France : « il faut que le plus vite possible ils puissent accéder à un logement, la scolarisation, une formation ou un emploi. Si on rate ça, on se crée des problèmes pour demain. Il faut qu’ils trouvent leur place le plus rapidement possible. » La préfète se dit également préoccupée par la situation de mineurs étrangers isolés qui se présentent aux maraudes des associations mais ne sont pas nécessairement connus d’autres services sociaux (du Conseil Départemental ou du 115).

Lors de ses vœux à la presse ce lundi, Corinne Orzechowski – en Touraine depuis 3 mois – a enfin listé ses autres dossiers importants à venir en 2018 :

  • Hébergement d’urgence : « on est en train de rechercher de nouveaux hébergements. »
  • Sa devise : « un sujet, un problème, un chemin »
  • Sur le terrain : elle va faire le tour des communautés de communes dès la semaine prochaine pour évoquer avec les maires les questions autour des gens du voyage ou encore de la suppression de la taxe d’habitation.
  • Le sous-préfet de Chinon est de son côté chargé d’une mission pour le développement du réseau mobile
  • De nouveaux lieux pourraient ouvrir pour demander des cartes d’identité face aux plannings de rendez-vous surchargés dans les mairies
  • Des réunions seront régulièrement organisées avec des chefs d’entreprises de Touraine, dont une première d’ici une semaine sur leurs difficultés de recrutement.

Enfin, la préfète d’Indre-et-Loire se veut ouverte aux questions autour de l’économie sociale et solidaire. Il y a quelques jours elle a organisé une rencontre entre les représentants du monde agricole et la grande distribution pour développer les circuits courts dans le département. « Il y a vraiment à faire et on peut faire plus qu’aujourd’hui en confortant des outils comme l’abattoir de Bourgueil. Il fonctionne déjà avec des enseignes comme Super U et d’autres sont prêtes à travailler aussi avec lui. » Les discussions doivent se poursuivre d’ici l’été, pour évoquer également des mesures pour le secteur des fruits et légumes.

Olivier Collet