Indre-et-Loire

Airbnb joue la transparence et publie ses données ville par ville

En Touraine, les locations via Airbnb ont généré 61 millions d'euros de revenus aux loueurs en une année.

Régulièrement montrée du doigt à la fois par les hôteliers qui y voit une concurrence déloyale, les communes qui l'accuse de faire flamber les prix des logements, mais aussi par les services fiscaux pour le faible montant d'impôts payé en France en comparaison du chiffres d'affaires généré, la société américaine Airbnb, spécialisée dans la location de logements de courtes durées, est à la recherche d'une respectabilité. Une démarche entamée cette année afin d'apaiser les relations avec les pouvoirs publics et éviter des restrictions qui entraînerait sa quasi-disparition comme ce fut le cas à l'étranger comme à Berlin ou à Barcelone. Depuis le début d'année, Airbnb est passé donc à une stratégie d'apaisement, symbolisée par la prise de mesures comme l'application de loi limitant les locations à 120 nuitées par an (non appliquée jusque-là sur la plate-forme), ou encore la réversion d'une partie de la taxe de séjour aux collectivités.

Une stratégie d'apaisement doublée d'une opération séduction. Celle-ci se matérialise par la publication des données de l'entreprise en France département par département et ville par ville. Une façon de montrer aux pouvoirs publics, l'impact du site sur l'économie locale. Disponibles via le site « Dataville Airbnb », ces données montrent le nombre d'annonces disponibles, le nombre de voyageurs venus par le site, le nombre de nationalités représentées et le revenu moyen annuel généré pour les loueurs.

En Indre-et-Loire, on apprend que 120 000 visiteurs sont venus dans le département via Airbnb, ce qui a généré 61 millions d'euros de revenus aux loueurs du département sur un an. A Tours, le revenu moyen par loueur sur un an est de 1900 euros, tandis qu'il est de 2700 euros à Chinon ou encore 4 500 euros sur Amboise.

Le revenu est évidemment à relativiser, puisque dépendant du type de location, du nombre de jours mis en location à l'année, mais également de la concurrence sur le secteur... Il permet néanmoins de se faire une estimation des communes prisées par les touristes.

En publiant ses chiffres, Airbnb veut ainsi montrer qu'elle est devenue un acteur incontournable de l'économie touristique, alors même que dans le cadre de la future loi logement sera débattu le fait d'interdire ou non la plate-forme à des quartiers de certaines villes, afin d'éviter une flambée mécanique des prix des loyers...