Indre-et-Loire

Près de Bourgueil, fermeture confirmée du Château de Benais

La ville de Boulogne-Billancourt l'a condamné jeudi soir.

La décision était prévisible et redoutée et la mobilisation locale n'aura pas permis de faire évoluer la position des élus franciliens. Lors du conseil municipal organisé ce jeudi à Boulogne-Billancourt, le maire de la ville limitrophe de Paris a fait voter la vente du château que possède la commune à Benais, à l'ouest du département d'Indre-et-Loire (l'opposition a voté contre).

Venue assister à la réunion, une délégation tourangelle déplore vivement cette décision se disant "dégoûtée". Jusqu'à cet été, le château de Benais accueillait des enfants en colonie de vacances. Pour justifier la fin des activités, le maire s'appuie sur un rapport de la Cour des Comptes mais les salariés contestent cette vision des choses : "pour maintenir le même niveau d'offre il devra encore payer davantage de prestataires privés."

La vente du monument actée, la CGT s'inquiète de l'avenir des 13 salariés : 4 resteraient sur site et les 9 autres chez eux, payés, en attendant une proposition de poste. La ville de Boulogne évoque également la possibilité d'un accord avec la maire de Benais pour une transformation du site (EPHAD ou hôtel). Le syndicat affirme qu'il va continuer le combat.