Indre-et-Loire

Qu'est-ce qu'on mange à Terres du Son ?

Ce ne sont pas les propositions qui manquent.

Terres du Son, festival gastronome ? Il y a de ça. Fidèle à sa volonté de promouvoir le développement durable, l'événement qui se déroule tout ce week-end sur le Domaine de Candé à Monts en profite pour faire la promotion des filières "courtes" en valorisant les produits tourangeaux ou venant des départements limitrophes, il intègre aussi le bio ou encore le végétarisme. Le tout avec la possibilité de payer une bonne partie des commerçants avec la Gabare, la monnaie locale tourangelle qui permet de promouvoir l'économie en Indre-et-Loire.

Pour se restaurer à Terres du Son, plusieurs solutions : ça commence dès le village gratuit avec deux espaces. Sur l'allée menant au château, le premier fait surtout honneur aux producteurs avec du fromage de chèvre et de vache, des poissons de Loire ou des propositions de casse-croûtes agrémentés d'herbes aromatiques. Le Tchatche Café met lui à sa carte des pâtisseries vegan. En photo, une fermière du Maine-et-Loire qui fait partie d'une exploitation familiale (3 soeurs). Toute l'année, elles élèvent 80 vaches dont le lait sert à faire des glaces (dans un cornet en été, pour des bûches à Noël). Les fruits des sorbets viennent eux, si possible, de producteurs régionaux.

Et puis avant d'entrer dans la forêt, c'est le coin des food-trucks de Terres du Son. Là, il y a le choix : bretzels, crêpes, rougail-saucisses, plats indiens (très bonne galette pois chiche-farine de riz garnie de patates et de tomates + sauce fromage blanc pour 6€). Les amateurs de burgers ne seront pas déçus non plus. Ils pourront aussi goûter celui situé près de la scène Propul'Son dédiée aux artistes locaux. L'espace Candéloco, qui se fournit - comme son nom l'indique - de produits du coin, en confectionne une version tourangelle à 6€50, avec également une soupe courgette-pistou, une salade estivale, des planchettes apéro et des frites à base de pommes de terre de St-Paterne-Racan.

A Monts, il faut aussi nourrir plus de 1 000 bénévoles pendant trois jours. Pour cela, une cantine est installée dans les coulisses. Midi et soir, elle sert des repas entrée-plat dessert qui mettent eux aussi en avant le bian manger, avec des yaourts fermiers, ou des pommes de Touraine. Ce samedi midi, le menu sera exclusivement végétarien pour toutes les équipes. Tout ça dans de la vaiselle jetable mais compostable, pour limiter les déchets. D'ailleurs tout est servi dans une seule assiette compartimentée (c'est la première année). Des ustensiles que les restaurateurs du village sont aussi invités à utiliser en signant une charte (même si certains regrettent qu'un fournisseur leur soit imposé alors qu'ils travaillaient déjà avec d'autres entreprises éthiques). Prochaine étape : pourquoi ne pas mettre en avant les bières locales des brasseries tourangelles qui sont loin de démériter ?